Conillon refait surface à Saint Brieuc avec le premier vainqueur de sa 2e vie d'étalon

12/11/2021 - Zoom Etalon
Fils d'Acatenango qui a fait des allers-retours entre l'Allemagne et la France sans jamais beaucoup saillir, Conillon s'était mis en avant avec un unique sauteur nommé Dormello Mo, vu en Angleterre avant de devenir un champion des obstacles australiens. Quelques années plus tard, Conillon fête enfin une première victoire française avec Harcadian à Saint Brieuc

 

Conillon, le drôle de destin continue pour le fils d'Acatenango (photo Hervé Delaroque)

 

C'est un étalon au destin tout à fait singulier, nommé Conillon. Gagnant de listed en Allemagne sous les couleurs d'Andreas Jacobs (Gestüt Fährhof), puis battu d'un souffle par Schiaparelli dans le Derby Allemand, ce bel alezan brulé par Acatenango au physique de déménageur avait débuté en France dans un anonymat complet en 2009, en saillissant une poignée de juments. Immédiatement reparti en Allemagne, où il a encore très peu sailli, Conillon s'est révélé avec un seul et unique produit, né d'une génération qui ne comptait que 3 éléments. 

 

Le fameux Dormello Mo sur les obstacles australiens, seul gagnant de Conillon jusqu'à hier

 

Brisant la glace à Strasbourg à la fin de son année de 3 ans, le fameux Dormello Mo, élevé au Haras du Taillis, est devenu un bon cheval chez le maître Paul Nicholls, qui devait évidemment se demander qui était le père de son vaillant coursier. Il a gagné 6 courses en Angleterre en haies et en steeple, avant d'être exporté tardivement en Australie. Il est devenu là bas l'une des références d'une discipline assez rare chez les Wallabies, mais qui attire les foules sur des hippodromes plus éloignés de la côte sur les grands champs de courses traditionnels. 

Et donc Conillon a été ramené en France par Clément Frecelle, et a fait une nouvelle saison au Haras de Saint Fray en 2016, avec 26 juments à son carnet de bal ! Cette première " vraie" génération française a aujourd'hui 4 ans, et a fait son premier vainqueur hier à Saint Brieuc avec Harcadian, qui s'est imposé en steeple pour Baptiste Letourneux. Conillon a eu globalement très peu de partants. 

 

 

 

Entre temps, Conillon avait rejoint le Haras de Vains d' Adrien Delaroque, où il a sailli correctement sans jamais attirer les foules. Il a fait une saison au Chêne Vert chez la famille Bernier en Anjou, avant de revenir dans la Manche cette année, avec 9 prétendantes. Le cheval a aujourd'hui quitté le haras de Vains, et laisse derrière lui quelques jeunes chevaux à venir, qui sont pour la plupart assez tardifs avec beaucoup de physique, à l'image de leur père. Drôle de destin et chemins de traverse pour le grand alezan...

 

Conillon filmé en début d'année 2021 au Haras de Vains

 


Voir aussi...