Leurs premiers 3 ans en 2023 (2/6) : Doha Dream

23/01/2023 - Zoom Etalon
Un bon nombre d'étalons à vocation obstacle stationnés en France auront leurs premiers 3 ans en piste en 2023. Avant l'apparition de cette génération sur les hippodromes, on se penche sur le profil de ces nouveaux arrivants, en analysant leur carrière, leurs origines, mais aussi leurs premières saisons de monte et les premières tendances à l'entraînement. Poursuivons la série "obstacle 2023" avec Doha Dream, stationné au Haras du Hoguenet.

Doha Dream, un profil très intéressant pour l'obstacle

 

Ses performances : le meilleur stayer de 3 ans de sa génération

Entraîné par André Fabre pour Al Shaqab, Doha Dream a été le meilleur stayer de sa génération de 3 ans. Cela ne l'a pas empêché de débuter à 2 ans, étant notamment 2e de la championne Qemah à Longchamp. Transformé à 3 ans avec l'allongement des distances, il a ouvert son palmarès sur 2200m à Fontainebleau, avant de confirmer sur 2400m tout au long du printemps. 2e de la Coupe des 3 ans à Lyon (Listed), il a ensuite remporté le Derby de l'Ouest (Listed) de 4 longueurs, avant de confirmer dans le Frédéric de Lagrange (Listed). Doha Dream est ensuite 3e du Prix Niel (Gr.2), battu de rien par le champion japonais Makahiki. Il a été ensuite sacré meilleur stayer de sa génération en enlevant le Prix Chaudenay (Gr.2) au prix d'une superbe accélération. A 4 et 5 ans, Doha Dream est plusieurs fois à l'arrivée de Groupe sur les longues distances, notamment 2e du Grand Prix de Deauville et du Barbeville. 

Etalons au palmarès du Prix Chaudenay : Turgeon, Reefscape, Coastal Path...

 

 

Son père : un Shamardal pas comme les autres

La particularité de Doha Dream réside aussi dans le fait qu'il soit l'un des, si ce n'est le meilleur stayer issu des oeuvres de Shamardal. Champion classique, le fils de Giant's Causeway a été l'un des étalons phare du 21e siècle, mais avec une production bien plus performante sur le mile voire plus court. Il est ainsi le père du crack sprinter Blue Point, mais aussi des champions à 2 ans Pinatubo, Victor Ludorum et Earthlight. Il a aussi réussi à sortir des chevaux plus classiques comme Tarnawa et Lope de Vega. En tant que père de pères, son influence est appelée à grandir avec beaucoup de jeunes fils au haras, mais il a déjà une solide réputation avec Lope de Vega, qui est une valeur sûre du top 10 européen. Plusieurs de ses produits se sont aussi affirmés comme de puissantes sources de vainqueurs, à l'image de Sommerabend, Amaron, Mukhadram, ou encore Bow Creek. Doha Dream demeure tout de même une curiosité dans la production de Shamardal, ce qui est très lié à son pedigree maternel, comme nous allons le découvrir...

 

Shamardal, un vrai génie étalon !

 

Sa lignée maternelle : la plus grande souche d'étalons en Europe ? 

Descendant d'une superbe famille Juddmonte, Doha Dream appartient à ce qui est peut-être la plus grande souche d'étalons en Europe, de par son excellence et sa polyvalence. La 3e mère Bahamian, jument black-type sur la distance classique, a tracé une grande lignée, et se retrouve dans le proche pedigree de grands sujets du plat comme Kingman, Oasis Dream, New Bay, ou encore Beat Hollow. Ce dernier fut un sire marquant de l'obstacle anglo-irlandais à Ballylinch Stud. L'obstacle est d'ailleurs très présent dans la souche. Ainsi, la mère de Doha Dream, Crystal Reef, est une soeur des "frères lumières" Martaline et Coastal Path, deux remarquables pères de sauteurs qui ont marqué l'élevage français. Même leur frère Reefscape, vainqueur du Chaudenay comme Doha Dream, a donné une gagnante de Gr.1 avec son seul produit ! 

 

 

Frère de Doha Dream, Matfog a gagné le Grand Steeple de Compiègne chez Arnaud Chaillé Chaillé (aprh)

 

Crystal Reef a d'ailleurs produit deux black-types en obstacle, dont Matfog, lauréat du Grand Steeple de Compiègne. Quant à Allmankind, le cousin de Doha Dream, il est lauréat de Gr.1 en haies et en steeple en Angleterre chez Dan Skelton. Si le père Shamardal dit donc plat, la famille maternelle de Doha Dream répond obstacle ! Son père de mère King's Best est d'ailleurs très reconnu dans les pedigrees d'étalons pour la discipline, étant notamment le grand-père maternel de la star montante Karaktar, mais aussi de la gagnante de Gr.1 en haies Echoes In Rain et de plusieurs sauteurs de talent. Quant à l'arrière grand-père Sadler's Wells, qu'on ne présente plus, il a une immense influence sur l'élevage obstacle, notamment en Angleterre et Irlande. On retrouve aussi très proche le sang de Mill Reef, comme chez Balko, Choeur du Nord, Cokoriko, Great Pretender, No Risk At All... Les garanties sont en tout cas présentes au niveau du pedigree. 

 

Martaline, l'illustre oncle de Doha Dream, qui a marqué l'obstacle européen 

 

Analyse de la première saison de monte :

Installé au Haras du Hoguenet, Doha Dream a assez peu sailli en première saison, mais s'est déjà fait remarquer aux concours de modèles et allures, notamment avec une gagnante de section au National du Pin. En première année, il a notamment sailli : 

Alix Pretty : double gagnante en obstacle et 2e du Prix Christian de Lhermite (listed)

Dalyoza : lauréate en obstacle, famille de Don Poli, Dulce Leo, Multipass

Ulcy Pressive : soeur de After High (multiple placé de listed en obstacle), famille de Saint Goustan Blue

Etoile du Seuil : gagnante du Prix Chloris (Gr.2 AQ), famille de Défi du Seuil, Hercule du Seuil, Ibérique du Seuil

La Collancelle : gagnante à Auteuil et 3e du Montgomery (Gr.3)

Marie Octobre : mère de Soleil d'Octobre (2 victoires de listed en plat), soeur de Third Intention (Gr.2 en steeple et placé de Gr.1)

Got Aba : mère de Batame du Bocage (gagnante à Auteuil et 2e du Prix Sytaj Gr.3)

 

 

Les premiers 3 ans : son seul partant a gagné en débutant ! 

 Doha Dream a parfaitement lancé sa carrière d'étalon en ce début de saison 2023, grâce à son premier partant Osé Partir. Entraîné par Joël Boisnard, cet élève du Haras du Hoguenet et de Gilles Le Baron a fait grosse impression en s'impsoant dès ses débuts à Pornichet, et vient d'être 2e de Classe 2 à Chantilly samedi ! Le poulain semble avoir beaucoup de gaz, et pourrait connaître un avenir à l'obstacle. D'ailleurs, il y a de bons bruits sur d'autres poulains, confiés à Mickael Seror, Augustin de Boisbrunet, ou encore Jérôme Delaunay. Doha Dream, malgré une production réduite, va être soutenu par le haras du Hoguenet, et a d'emblée montré que sa production savait bouger les jambes. Si 2023 lui offre quelques vainqueurs en obstacle, et pourquoi pas un bon cheval, nul doute que cet étalon devrait rencontrer le succès populaire qu'il mérite au regard de ses performances et de son pedigree en or massif. 

 

Doha Dream, un jeune sire à suivre

 

On en parle dans l'article

Voir aussi...

Leurs premiers 3 ans en 2023 (1/6) : Non Rien de Rien

 Un bon nombre d'étalons à vocation obstacle stationnés en France auront leurs premiers 3 ans en piste en 2023. Avant l'apparition de cette génération sur les hippodromes, on se penche sur le profil de ces nouveaux arrivants, en analysant leur carrière, leurs origines, mais aussi leurs premières saisons de monte et les premières tendances à l'entraînement. Entamons la série "obstacle 2023" avec Non Rien de Rien, stationné au Haras de la Courlais.