Dunaden (Trophées Arqana) : jusqu'au bout du monde en partant de loin !

20/01/2014 - Focus Elevage
Et dire que pour 1500 euros, on pouvait tous avoir Dunaden...Il suffisant de lever une fois la main, en décembre 2006, au passage du lot 531, pour décrocher une énorme timbale, le globe trotter Dunaden, gagnant de la légendaire Melbourne Cup en Australie puis du Hong Kong Vase, sans oublier toutes ses performances de haut vol dans les grandes épreuves internationales.

Dunaden lors de sa 1e victoire en Australie dans le Caulfield Cup.

 

Pourquoi si peu cher ? C'est facile à dire après, mais c'est sûr qu'il n'attirait pas vraiement l'oeil. Et son pedigrée avait plus de white que de black type. Le 5e produit d'une jument inédite qui n'avait donné qu'une seule lauréate. Et son grand-oncle Berryville n'avait pas encore gagné le Grand Prix de Pau.


Une hollandaise prénomée Jetty

C'est une acheteuse hollandaise, Jetty Van Der Hulst, qui fait le petit chèque pour le petit poulain. Elle l'emmène au Pays-Bas, ce qui aura d'importances conséquences futures pour son éleveur, le Comte Decazes, qui confie son élevage au Haras de Maulepaire dans la Sarthe depuis la nuit des temps. En effet, Dunaden perd par son exportation précoce le droit à la prime à l'éleveur. Au début, cela ne semble avoir aucune importance...Mais les choses vont changer. Confié à Mme Smith en Allemagne, Dunaden entame sa carrière dans l'obscurité à 2 ans, puis gagne à réclamer à Strasbourg à 3 ans où il est acheté 17.000 euros par Yannick Fouin pour Alban de Mieulle.

 

 

Acheté à réclamer à Strasbourg

Il monte les échelons des gros handicaps, est vendu à Cheikh Fahad Al Thani, alors méconnu dans les courses, passe chez Richard Gibson, monte au niveau Listed, et enfin arrive chez Mikel Delzangles, son 4e entraineur, après le départ de Gibson à Hong Kong. C'est à partir de là, au printemps 2011 à 5 ans, que Dunaden deviendra le champion international que tout le monde connait. Des 1500 euros de départ, il est arrivé à 6 millions d'euros de gains ! Et ce n'est pas fini car Dunaden est toujours en pleine forme. Excellent 3e malgré un très mauvais parcours du Hong Kong Vase pour sa dernière sortie mi-décembre 2013, il est prêt, à 8 ans, à rattaquer une nouvelle campagne internationale. Pendant ce temps, en 2011 Alban de Mieulle est parvenu à racheter la mère de Dunaden, La Marlia, et détient un mâle né en 2012 de Kendargent (belle inspiration !). Ce dernier, âgé de 2 ans, est au pré-entrainement au Haras du Grand Courgeon, au Lion d'Angers. Son entourage lui laisse tout le temps disponible car...la famille n'est pas précoce mais sait s'enrichir avec le temps.

 


Voir aussi...

Focus Elevage

Catcall (Tropheés Arqana): le grand écart

Acheté pour seulement 5.000 euros yearling lors de la session de décembre 2010, Catcall est un cheval de rêve. En 15 sorties publiques, le sprinter a gagné 5 courses et a été à 8 reprises « dans l'argent ». Repéré yearling par Gérard Samama, Catcall a tutoyé les sommets en 2013 pour la casaque de sa femme Mme Gérard Samama. Elevé par Fernand Krief dans l'Orne, Catcall a été placé chez Philippe Sogorb, jeune entraineur à réussite installé à Mont-de-Marsan.

Focus Elevage

Ectot (Trophées Arqana): le déménageur normand

L'un des meilleurs 2 ans de sa génération, Ectot n'a été battu que par Karakontie, le lauréat de Prix Jean-Luc Lagardère (Gr. 1), le jour de leurs débuts communs à Compiègne. Espoir classique après ses succès dans le Critérium Européen du Fond de l'Elevage (Listed), le Prix des Chênes (Gr. 3) et surtout le Critérium International (Gr. 1), Ectot est issu des ventes de yearlings d'Août 2012 où il avait été acheté 75.000euros par Sylvain Vidal pour le compte d'Elisabeth Vidal, sa femme, et Gérard Augustin-Normand. Ce dernier a déjà goûté aux joies d'une victoire classique grâce à Le Havre dans le Prix du Jockey-Club en 2009. Ectot, qui présentait déjà sur le ring un physique très impressionnant, suivra-t-il ses traces ?