Une enquête sur l’impact économique du Covid-19 dans la filière équine : répondez-y !

10/04/2020 - Actualités
Comme beaucoup d’autres, la filière équine va subir de lourdes conséquences économiques suite à la pandémie de Covid-19. La « Filière Cheval », composée des sociétés-mères France Galop, La SECF (LeTrot), la SHF, la SFET et la FFE, a été mandatée par le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation pour élaborer un questionnaire, avec l’appui technique de l’IFCE.

Chevaux au pré

 

Ce questionnaire vise à collecter et analyser les données relatives à l’impact économique immédiat de l’épidémie de Covid-19 sur les différentes structures équestres équines et lié à l’arrêt des activités (courses, compétitions) et à la fermeture des ERP. Le résultat de cette enquête permettra d’étayer les positions et les chiffres qui ont été transmis cette semaine au Ministère de l’agriculture et de l’alimentation. La participation d’un maximum de personnes permettra d’évaluer la situation exacte dans laquelle se trouve la filière.

Tous les acteurs professionnels de la filière équine sont donc fortement invités à remplir le questionnaire en ligne !
Il est à remplir dans les meilleurs délais.

 

REPONDRE AU QUESTIONNAIRE


 

L'APPUI TECHNIQUE DE L'IFCE

L’IFCE coordonne en partenariat étroit avec la filière cheval, à la demande du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, l’analyse de l’impact économique de l’épidémie actuelle.

Cette étude comprend deux axes :

  • Analyse des pertes immédiates des acteurs de la filière par une enquête exhaustive via les structures nationales sectorielles, auprès des acteurs chez qui un manque à gagner par rapport aux résultats économiques de la même période en 2019 est observé. Cette enquête sera consolidée par l’OESC (observatoire économique et social du cheval, de l’IFCE).
  • Au-delà des pertes directes de revenu, il est indispensable d’analyser les effets sur la filière de la production à l’utilisation. Combien aura-t-on de juments saillies en moins, quelles seront les évolutions des modes de consommation sur le PMU, l’équitation, l’utilisation des chevaux de travail, en sortie de confinement ?

Cette analyse des indicateurs nécessitera des échanges entre les différents acteurs pour analyser les impacts directs et induits. Elle nécessitera également une expertise de la part du comité de filière de l’IFCE sur les acteurs associés (soins aux équidés, matériel, prestataires…).

 

OBJECTIF : UN RENDU CLAIR ET EFFICACE

Le travail rendu se fera à partir des stratégies de sortie de crise proposées par les membres de la filière cheval.

D’autre part, la filière sollicite une aide d’urgence en réponse immédiate à ses particularités : l’outil de production ne peut être maintenu fonctionnel qu’avec un coût d’entretien des chevaux incompressible.

L’ensemble des membres du comité filière sera associé selon leur domaine de représentation, à l’envoi des questionnaires ainsi qu’à l’analyse des résultats. L’objectif est de répondre collectivement à la commande, de façon structurée et efficace.

Voir aussi...

Face à la crise, Equistratis demande un accès au grand emprunt d'Etat pour 300 M d'euros

Considérant qu’il est urgent de trouver des réponses aux difficultés des Socio-Professionnels mais aussi aux fragilités de l’Institution hippique afin d’éviter une privatisation des courses Premium et du PMU d’ici la fin de l’année, Equistratis propose un plan de financement global pour sauver la Filière hippique. Il comporte 3 grandes parties : un emprunt garanti de 300 millions d'euros, une suvention de 50 millions d'euros et l'accès aux 120 millions de trésorerie que les sociétés-mères détiennent au sein du PMU.