Larosh, embarquez pour l'Ukraine avec Air "Guillaume Macaire" !

02/12/2020 - Actualités
Grand amateur d'exotisme, mais surtout de bons chevaux d'où qu'ils viennent, Guillaume Macaire avait déjà fait la une avec le fameux Tunis, venu de Pologne. Mais loin de s'arrêter là, le maitre royannais nous a gratifiés aujourd'hui à Fontainebleau de Larosh, un fils de l'ancien Aga Khan Alandi, qui porte lui le suffixe "UKR". Et oui, il nous vient d'Ukraine ! 

Un sauteur Ukrainien nommé Larosh ? C'est possible avec Air "Guillaume Macaire" ! (APRH)

 

Avec son franc-parler, ses jolies tournures de phrases, et surtout son talent d'entraîneur, Guillaume Macaire ne peut pas être quelqu'un qui a les horizons fermés. Il y a même un certain goût pour l'exotisme à l'écurie, et il n'avait pas hésité à envoyer à l'époque des partants outre-Manche, et à faire le voyage tous les ans sous les montagnes italiennes de Merano. Si il est dur de voir de l'exotisme dans les champs de courses anglais, il y en avait bien plus dans l'histoire du fameux Tunis. Tout le monde se rappelle du beau gris, déniché par Guillaume Macaire et Daniel Allard sur un champ de courses polonais, avant de devenir une star d'Auteuil, multiple gagnant de groupes, qui a livré des mano à mano fantastique avec Master Dino. Il avait mis en lumière son père en Pologne, Estejo, qui est devenu étalon en France, tout comme son fils, au Haras de Cercy

 

Guillaume Macaire, toujours à la recherche de talents, d'où qu'ils viennent 

 

Il est clair que cette épopée n'a pas freiné le maître Macaire dans ses entreprises dans les pays de l'Est, puisque l'on a vu depuis Tunis plusieurs chevaux avec le suffixe "POL", avec plus ou moins de réussite. Récemment, il a varié les plaisirs en faisant courir un Tchèque, Kerlaz, un autre fils d'Estejo qui a débuté 2e dans le prix Emilius à Auteuil. Aujourd'hui, Air "Guillaume Macaire" nous a fait prendre l'avion direction l'Ukraine, un pays à l'histoire troublée, qui nous a livré depuis ses champs de courses Larosh, ayant vaincu sur les haies de Fontainebleau. On n'a sans doute pas vu le prochain Tunis mais l'affaire est déjà belle. Larosh venait de débuter sans faire de bruits sur le même hippodrome. Il avait couru 2 fois à 2 ans pour autant de victoires sur 1200m et 1600m, puis regagné à 3 ans. Le voilà maintenant sur les haies françaises, pas une évidence sur le papier, mais Macaire ne recule devant rien, la preuve ! 

 

L'hippodrome d'Odessa en Ukraine, dernier vestige du galop local 

 

Loin d'être un doux conte de fées, l'histoire de l'Ukraine est celle d'un pays qui a connu une longue période "d'occupation" soviétique, et récemment basculé dans une crise sociale suite à la déclaration d'indépendance de la Crimée, et son rattachement à la Russie, qui n'est pas le meilleur copain de bar de son voisin. La guerre civile dans l'est de l'Ukraine a été terrible, bien que moins enflammée au fil des années. Les courses en Ukraine, au milieu de tout çela, sont apparues au XIXè siècle par la volonté des officiels de Moscou, et se sont poursuivies sous cette influence. Jusqu'à 2008, il n'y avait même pas de suffixe "UKR" pour l'élevage, qui était rattaché à la Russie. Il n'y a que 2 hipppodromes actifs dans le pays, à la capitale Kiev pour les trotteurs, et à Odessa pour la galop. Cette station balnéaire de l'extrême Sud Ouest du pays accueille aujourd'hui les courses sur du sable, et ce n'est pas de la PSF on vous le garantit ! Grand par le passé, l'hippodrome est aujourd'hui plus folklorique et brut, mais menacé par le déclin de l'activité. 

 

Au papier, Larosh n'a pas grand chose à voir avec l'Ukraine. Son père est Alandi, un ancien crack stayer irlandais entraîné par John Oxx sous les couleurs du Prince Aga Khan, gagnant du prix du Cadran sous la selle de Mickael Kinane en 2009. Il est ensuite parti en Australie, puis est revenu à 7 ans en Irlande, sans succès. Il a débuté directement étalon en Pologne à Millenium Stud, qui est d'ailleurs éleveur de Larosh. Il était pourtant un fils de Galileo avec une mère par Darshaan, un croisement prouvé, mais ayant perdu de son lustre dans l'hémisphère Sud. Alandi a tout de même fait parler de lui en Europe, et à Auteuil, avec Onestepforward, invaincu en 2 courses à 3 ans sur la Butte Mortemart, chez... Guillaume Macaire ! Ce poulain ultra-prometteur avait notamment battu un certain Moises Has. Longuement absent, il a fait un retour dernièrement à Bordeaux. Ses éclatantes performances avaient même alerté quelques étalonniers français, certains passant à 2 doigts de ramener Alandi en France, sans succès. Il n'a après tout que 15 ans, et a un papier de choix, étant issu d'une soeur de la gagnante d'Oaks Aliysa. Même si son succès en France sera impossible à prédire, le jeu en vaut peut-être la chandelle. 

 

Sous casaque princière, Alandi devançait Kashbah Bliss dans le Cadran 2009 (APRH)

 

La mère de Larosh, Leticiya, n'a rien à voir avec les pays de l'Est à première vue. Malgré son suffixe IRE, elle a été élevée en Normandie par l'écurie du Grand Chêne, mais vendue au fameux Ananios Antoniadis (enchanté), pour tout de même 27 000 €, aux ventes d'août ARQANA. Elle était présentée par Anna Sundstrom, qui a depuis racheté sa mère Narva en 2016 avec des associés. La famille nous vient à la base des Etats-Unis, où By Land By Sea, la 4e mère de Larosh, qui a gagné Gr.1 chez l'Oncle Sam. En France, Narva a donné le bon Incitatus, entraîné en début de carrière par Jean Claude Rouget et gagnant de 4 courses à ce jour. Fille de Peintre Célèbre, Leticiya s'est retrouvée (ne nous demandez pas comment) dans le giron de Millenium Stud, qui l'a croisée avec son étalon Alandi. La jument a dû pouliner en Ukraine, raison pour laquelle Larosh porte le fameux suffixe "UKR", qui gagne jusqu'à preuve du contraire pour la première fois en France. Malgré le Covid, Guillaume Macaire nous fait voyager avec les courses, et ça c'est bien sympa ! 

 

La première victoire d'un Ukrainien en France, c'est gravé dans "Larosh" ! (APRH)

 


Voir aussi...

Prix Maurice Gillois 2020: le grand jour pour Le Berry ?

Grand Steeple-Chase de l'Automne pour les 4 ans, le Prix Maurice Gillois (Gr.1) propose cette année un plateau d'exception, avec notamment la présence de Le Berry, invaincu en steeple en 2020 et de plus en plus impressionnant à chacune de ses sorties. Mais la tâche sera ardue pour le représentant de David Cottin, qui devra faire face à six autres rivaux aux crocs tout aussi acérés. Découvrez les forces en présence, en partenariat avec l'étalon Gemix. 

TNC: le Grand Cross du Pin et la tête au classement général pour Drop d'Estruval

Déjà vainqueur de la 8ème étape de Pompadour, Drop d'Estruval devient le premier concurrent à remporter deux épreuves du Trophée National du Cross - Haras du Lion, s'imposant ce dimanche dans la 11ème étape disputée sur l'hippodrome du Pin-au-Haras sous la selle de Kilian Dubourg. Il prend ainsi la tête au classement général de ce circuit. Différé complet, grande galerie photos, et caméra embarquée... A découvrir ici... 

Haldo de la Brunie, un nouveau "Crouzillac" prometteur chez le maître "Macaire"

Vainqueur pour ses premiers pas en compétition lundi soir, sur les haies de l'hippodrome de la Cépière, à Toulouse, Haldo de la Brunie a fait encore mieux que sa grande soeur, Giana de la Brunie, deuxième de ce Prix Le Becadier en 2019, déjà pour l'entraînement de Guillaume Macaire, le "professeur" de Royan connaissant souvent une belle réussite avec les produits Anglo-Arabes élevés par la famille Crouzillac, en Corrèze.