Net Lady, championne de France de Cross 2019, entre au haras

31/12/2020 - Actualités
Après nous avoir enchantés sur les différents parcours de cross de France et de Navarre, ayant notamment excellé sur la terre du Pont-Long et décroché le titre de championne de France de Cross en 2019, Net Lady va dorénavant se consacrer à son nouveau métier de poulinière, ses propriétaires-éleveurs, Patrick Joubert et Paul Couderc, se disant absolument ravis de la voir entrer au haras saine et nette.

La championne du cross de Pau, Net Lady, en passe de débuter une nouvelle carrière au haras (© Robert Polin)

 

Comme bien des femmes sur cette Terre, Net Lady ne nous laisse pas indifférents. Surtout ceux d'entre nous qui vouons une passion indescriptible, et indéfectible, pour les courses d'obstacles, notamment celles de cross-country. En effet, cette jument à l'allure de Vénus, si aérienne sur l'obstacle, a fait chavirer bien des coeurs à chacune de ses apparitions sur les différents parcours de cross de l'Hexagone, notamment sur celui de l'hippodrome de Pau, son jardin, où la représentante de Patrick Joubert et Paul Couderc y a obtenu ses plus beaux titres. Et c'est d'ailleurs sur ce même champ de courses de la capitale du Béarn que cette pensionnaire d'Emmanuel Clayeux aura été vue pour la dernière fois en compétition. Arrêtée dans les deux premières préparatoires au Grand Cross de Pau (L.), à savoir les Prix Hubert de Navailles et Mortimer de Lassence, son entourage a effectivement décidé de mettre un terme à la carrière sportive de cette dernière et de la faire entrer au haras pour y entamer son nouveau métier de poulinière.

 

Net Lady, dans ses oeuvres sur les passages de route du Pont-Long (© Robert Polin)

 

L'un de ses propriétaires-éleveurs, Paul Couderc, nous a déclaré: "À l'issue de de ses deux dernières courses, où elle a terminé arrêtée, la jument nous a parlé: elle nous a dit STOP ! Elle sera âgée de 9 ans au 1er janvier prochain, n'a jamais eu le moindre problème de santé, et nous pensons donc que c'est tout à fait raisonnable et le bon moment pour mettre un terme à sa carrière sportive. Elle rentre ainsi saine et nette à l'élevage. C'est un beau motif de satisfaction pour Patrick (Joubert, ndlr) et moi, car après Net Lovely, Belle du Berry et Foudre du Pécos, c'est la quatrième fille de Network à avoir performé en course, pour nos couleurs, puis à rentrer à l'élevage".

 

En 2022, Paul Couderc et son ami et associé, Patrick Joubert, poseront aux côtés du premier produit de Net Lady

 

Après avoir vu son nom apparaître pour la première fois sur les programmes au printemps de ses 3 ans, et glané plusieurs places en haies et en steeple, Net Lady est parvenue à débloquer son compteur de victoires durant l'été de ses 4 ans, sur les gros obstacles de Cluny. C'est d'ailleurs au cours de cette même année 2016 que la fille de Network va effectuer des débuts réussis dans la discipline du cross, tout d'abord à Pary-Le-Monial puis à Pau, s'imposant à chaque fois de très plaisante façon sous la selle de Felix de Giles. Lauréate l'année suivante du Prix Jean et René Couétil puis du Prix Maurice Fagalde celle d'après, toujours sur l'hippodrome du Pont-Long, Net Lady a inscrit une sixième victoire à son palmarès, le Prix Hubert de Navailles, qu'elle a brillamment remporté l'an dernier face au champion Uroquois, avec l'aide de James Reveley, juste avant de terminer troisième du Grand Cross de Pau (L.) en février dernier. Outre ces succès, cette pensionnaire d'Emmanuel Clayeux a également épinglé de très belles places à son tableau de chasse, terminant notamment deuxième des Grands Cross de Pompadour et de Vichy, et troisième du Grand Cross de Lyon-Parilly en 2019, qui lui valurent le titre de championne de France de Cross cette année-là, circuit aujourd'hui remplacé par le Trophée National du Cross - Haras du Lion.

 

Net Lady, dans la phase finale du Pont-Long (© Robert Polin)

 

Côté origines, Net Lady résulte des oeuvres de feu l'un des meilleurs étalons des temps modernes, Network, un fils de Monsun très apprécié de Patrick Joubert et Paul Couderc, qui a fait la rencontre de Dame de Trêve en 2011, une fille d'un autre top étalon d'osbtacle, Cadoudal, dont l'autre produit par Network, et donc propre frère de Net Lady, a été acheté 100.000€ par Tom George lors de la Punchestown Sale de 2017. Propre soeur de Le Beau Bai, fort de six victoires sur les parcours de steeple d'outre-Manche, notamment dans le Coral Welsh National (Gr.3) de Chepstow en 2011, Dame de Trêve a donné, outre Net Lady, plusieurs gagnants au haras, dont fait partie Roi de Trêve, vainqueur à Auteuil du Prix Congress (Gr.2) en 2011, sous la férule de Guillaume Macaire, et sacré meilleur cheval de 3 ans sur le steeple cette année-là. Issue d'une très belle souche obstacle, Net Lady n'est autre qu'une petite nièce de deux véritables champions de la discipline: Polivalente, lauréate à Auteuil du Prix Maurice Gillois (Gr.1) en 2005, et Grand Souvenir, à qui l'hippodrome de la Butte Mortemart a aussi pleinement réussi de la fin des années 1990 au début du deuxième millénaire, s'y étant imposé à dix reprises, notamment dans les Prix Alain du Breil, Georges de Talhouet-Roy, Amadou, Maisons-Laffitte, Robert Lejeune et Finot, tous labellisés Listed à l'époque. 

 

Deuxième et troisième en partant de la gauche, Paul Couderc et Patrick Joubert, éleveurs de Net Lady, posant aux côtés du frère par Martaline de cette dernière, Roi de Trêve, suite à sa victoire dans le Prix Congress (Gr.2), à Auteuil (© APRH) 

 

Une jument que ses propriétaires-éleveurs, Patrick Joubert et Paul Couderc ont voulu "fabriquer" sans pression, en lui laissant le temps d'éclore, confiant leur protégée aux bons soins d'Emmanuel Clayeux et de toute son équipe de Vaumas, dans l'Allier, renommés dans l'art de façonner des chevaux de courses et de bien les faire vieillir comme le bon vin. Fruit de la vigne dont moult bouteilles ont été généreusement débouchées ces dernières années par l'entourage de Net Lady pour célébrer les performances de leur championne, en attendant celles qui seront potentiellement ouvertes pour fêter comme il se doit les succès des futurs produits de cette dernière, que nous ne manquerons bien évidemment pas de vous présenter le moment venu.


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Chamako, un "paseo" réussi sur les gros obstacles de Pau

Affublé du même nom que deux grands matadors espagnols du XXème siècle, Chamako n'a pas manqué ses débuts sur les gros obstacles du Pont-Long, s'imposant au courage dans le Prix Roger de Vazelhes, hier, à Pau, associé à James Reveley. Ce fils du grand Martaline, entraîné par l'éclectique Thomas Fourcy, reste donc invaincu en trois sorties en obstacle et voit s'ouvrir à lui les portes d'un futur très prometteur, sachant qu'il est toujours entier...

Grand Cross de Segré 2020: Farces Attrapes, du "jump" et de la facétie à revendre

Lauréate hier du Grand Cross de Segré pour sa deuxième sortie seulement dans cette discipline, Farces Attrapes est venue une nouvelle fois mettre à l'honneur le trio formé par le Haras de Saint-Voir de Nicolas de Lageneste, Patrick Joubert, et Gabriel Leenders, respectivement éleveurs-propriétaires pour les deux premiers, et entraîneur pour le dernier nommé, de cette fille de Kapgarde excellente sauteuse, mais diablement facétieuse.