Razzia du Berlais : la marque centenaire de Jean-Marc Lucas

23/05/2021 - Découvertes
A l'exposition universelle de Paris en 1900, le grand-père de Jean-Marc Lucas décrochait le titre de meilleure terre d'élevage en France pour la ferme du Berlais dans le Poitou. Un siècle plus tard, son successeur fait rayonner le suffixe avec 2 nouvaux grands vainqueurs : Matilda du Berlais et Colbert du Berlais, la veile du Grand Steeple-Chase de Paris 2021.

 

Avec seulement une quinzaine de poulinières, soit nettement moins que ses principaux rivaux qui le devancent aux classements annuels, Jean-Marc Lucas est sans doute l'éleveur le plus influent de l'obstacle français. Car non seulement celui qui privilégie la qualité à la quantité remporte de grands succès à Auteuil, comme ce samedi 22 mai, mais en plus il est le seul à avoir élevé 4 jeunes étalons fonctionnant actuellement sur le territoire : Castle, Clovis, Goliath et Nirvana du Berlais.

 


Jean-Marc Lucas.

 

Au tournant du siècle dernier, la ferme du Berlais, c'était presque un village à lui tout seul, avec la boulangerie, les logements, les familles, etc...Le grand-père de Jean-Marc Lucas était un grand spécialiste du cheval de trait poitevin mulassier, qui a connu son apogée à l'époque avant de s'effrondrer en même temps que la motorisation de l'agriculture, devenant aujourd'hui la race de chevaux de trait la plus menacée de disparition en France. Le père du patron actuel avait arrêté tout élevage pour passer à 100% à la culture. Jean-Marc Lucas a fait le chemin inverse et a repassé en prairie l'intégralité du domaine, agrandie à 205 hectares par l'achat de 30 nouveaux hectares en 2019. L'activité principale de l'équipe de 10 personnes qui entoure Cécile et Jean-Marc Lucas est l'élevage pour la clientèle extérieure, surtout celle des pur-sang arabes.

 

 

Les chevaux d'obstacle sont pour le couple une sorte de violon d'Ingres, mais tiennent les têtes d'affiches des plus grands concerts du monde ! Fait intéressant, Jean-Marc Lucas s'était lancé dans l'étalonnage il y a près de 20 ans, se montrant assez précurseur avec Saint Preuil, un cheval d'obstacle à une époque ou personne ne cherchait ce type d'animal. Certes doué, Saint Preuil n'était guère fertile. Il a eu aussi le décevant Bonnet Rouge et quelques sujets peu mémorables. Et malgré les longues distances à parcourir au printemps pour rejoindre les haras normands, Jean-Marc Lucas a préféré abandonner sa cour d'étalons pour s'ouvrir toutes les perspectives extérieures. On constate que le Berlais envoie ses juments d'obstacle essentiellement aux étalons les plus confirmés et prestigieux. Depuis 10 ans, on trouve en effet une largé majorité de produits de Poliglote, Saint des Saints et Martaline. Il va aussi chercher l'élite à l'étranger, comme King's Theatre qui est le père de Clovis du Berlais et père de mère de Goliath du Berlais.

 


Matilda du Berlais, montée par Felix de Giles (photo APRH)

 

Ce samedi 22 mai à Auteuil, entrainée par David Cottin pour l'américaine Maggie Bryant, la 3 ans Matilda du Berlais a fait une démonstration dans le prix d'Iena (Listed) sponsorisé par le Haras d'Etreham. Cette fille de Martaline est le 3e produit de l'excellente Nikita du Berlais, une fille de Poliglote qui avait gagné les prix Georges de Talhouet-Roy (Gr.2) et Leon Rambaud (Gr.2), terminant aussi 2e de la Grande Course de Haies d’Auteuil (Gr.1). Née de la souche de Chinco, mais aussi Metatero et même Mandarin, donc de 3 vainqueurs de Grand Steeple-Chase de Paris, Matilda du Berlais est une cousine de Clovis du Berlais, étalon au Haras du Lion.

 


Colbert du Berlais, monté par Felix de Giles (photo APRH)
 

30 minutes du plus tard, sous la casaque de Simon Munir et pour l'entrainement de Marcel Rolland, Colbert du Berlais a remporté le prix Le Gualès de Mézaubran (L), le gros quinté sponsorisé par Le Parisien. Ce fils de Poliglote est le 1e produit d'Hermine du Berlais (Saint des Saints), gagnante du prix du Défilé à 3 ans à Auteuil, nièce de Castle du Berlais (Saint des Saints), étalon du Haras du Lion. Cette souche provient de l'achat pour 300.000 € à Deauville de la championne de Gilbert Gallot, Royale Athénia, lauréate de 10 Groupes dont le Prix Alain du Breil (Gr.1).

 


Toutes les prairies du Haras du Berlais bénéficient d'un système d'arrosage.

 

A noter que les 2 autres étalons crées par Jean-Marc Lucas proviennent de souches encore différentes. Ainsi, Goliath du Berlais, frère de James du Berlais, fils de King's Daughter, provient d'une souche de plat Gérard Samama (French Flag, Sawasdee, Tarta Whisky, Five Fishes). Il fait la monte au Haras de la Tuilerie. Quand à Nirvana du Berlais, la dernière recrue installée au Haras de la Hêtraie en 2020, il descend de la famille de Mon Filleul, vainqueur du Grand Steeple-Chase de Paris 1978 pour Bernard Sécly, qui a également donné Samson, Klark, Aubusson, Ma Filleule ainsi que Triana du Berlais.


On en parle dans l'article

Voir aussi...