Rymska, une foal du Chaser Day gagne son 1e Gr.3 aux USA pour un hôtelier de Beaune

05/02/2017 - Grands destins
Gagnante de son 1e Gr.3 aux Etats-Unis le 3 février 2017, après avoir remporté le Critérium de l'Ouest (Listed) à Craon, Rymska provient...du Chaser Day de Paray-le-Monial. Cette fille de Le Havre qui s'appelait alors Daisy du Trezy, élevée par un restaurateur de Beaune.

Rymska, lors de sa victoire dans les Sweetest Chant Stakes à Gulfstream Park

 
La veille de l'édition 2016 de la Breeders'Cup à Santa Anita, Jean-Christian Raymond, éleveur de charollais et de chevaux d'obstacle dans la Nièvre, nous avait raconté l'histoire extraordinaire de Rymska, qui participait au Juvenile Fillie's Turf (Gr.1) 2 ans après avoir été repéré lors du Chaser Day de Paray-le-Monial, un concours de modèles et allures pour futurs sauteurs dans l'Allier qui se déroule tous les ans dans l'Allier à la mi-juin. Bonne 5e devant toutes les caméras du monde, la fille de Le Havre, désormais confiée à Chad Brown, génial successeur de Bobby Frankel qui lui a tout appris avant de mourir, avait été mise au vert en Floride depuis. Pour sa semi-rentrée, sous la selle de Joel Rosario, elle a épinglé les Sweetest Chant Stakes à Gulfstream Park, un Gr.3 sur le turf que son entraineur remporte pour la 6e fois consécutive !
 
Elle a été élevée dans une ferme bovine dans une petite commune de Saint-Jean-de-Trezy, par un certain Eric Feurtet, qui est propriétaire et directeur d'un hôtel-restaurant 5 étoiles, l'Hostellerie Le Cèdre, à Beaune, dans une célèbre contrée du Bourgogne, non loin de Dijon. Il ne s'agit pas de l'histoire d'un riche patron qui se pique pour l'élevage après avoir amassé assez d'argent pour cela, mais d'un passionné d'élevage qui est, à défaut de moyens pour s'installer, est devenu inséminateur le jour veilleur d'hôtel la nuit. Il a grimpé les échelons de sa boutique de prestige jusqu'à la diriger et même l'acheter, et a pu acquérir une ferme en parallèle avec ses bovins, puis, depuis 3 ans, une jument...
 
Note : Michèle Juhen-Cyprès, président de l'Union des AQPS du Centre-Est (organisatrice du Concours de Decize) a eu l'excellente idée de faire son assemblée générale annuelle 2017 le 24 février. On le répète, une excellente idée !
 
 

Eric Feurtet avec Foreign Raider, la mère de Rymska, et sa fille d'American Post née en 2016.
 
 
Voilà qu'on trouve au Chaser Day, un grand concours de poulains d'obstacle PS et AQPS à Paray-le-Monial, des futurs partantes de la Breeders'Cup à 2 ans. Cet état de fait totalement improbable est pourtant arrivé lors de l'édition 2014, comme nous le raconte le nivernais Jean-Christian Raymond, une des références mondiales dans l'élevage de bovins charollais, mais qui a toujours supporté le pur-sang alors qu'il habite au coeur de la patrie de l'AQPS du Centre, ce qui ne l'a pas empêché de gagner de grandes courses à Auteuil avec Juntico. " Un collègue et ami, Eric Feurtet, éleveur de charollais et aussi restaurateur à Beauné dans la Saone-et-Loire voulait se lancer dans les chevaux de courses. Il n'y connaissait pas beaucoup alors il m'a donné un budget de 10.000 € pour acheter 3 poulinières pur-sang. Je lui ai dit que cela ne suffirait pas pour 3 juments, mais peut-être pour une. Je suis allé en décembre 2013 aux ventes de Deauville et j'ai acheté Foreign Raider pour 10.000 € (voir le pédigrée). Tout me plaisait chez cette jument, elle était belle, elle avait gagné 8 courses et elle était pleine de Le Havre." A noter que l'actuelle star du Haras de la Cauvinière n'était pas aussi célèbre qu'aujourd'hui car à l'époque, sa première génération n'avait que 2 ans. Et le mois précédent, le premier yearling de Foreign Raider, également par Le Havre et présenté par le Haras des Marais, n'avait été vendu que pour 1.500€ .
 
 
 
 
Au printemps 2014, Eric Feurtet présente sa toute première pouliche née mi-mars, au Chaser Day à Paray-le-Monial, dans la première section de foals femelles. Elle porte le nom de Daisy de Trezy. " Nos oreilles ont sifflé " explique Jean-Christian Raymond. " Nous n'avions rien à faire là avec une orgine PS de plat, Le Havre n'irait jamais en obstacle, etc..." La pouliche termine 3e de sa section mais elle reste dans un certain anonymat car elle n'intéresse évidemment pas les acheteurs irlandais venus ici pour dénicher des vrais sauteurs. Toutefois, l'irlandais JD Moore l'acquiert et la place chez Marie-Laure Collet, du Haras de Clairefontaine. Il monte sur la vague Le Havre, dont la fille Avenir Certain vient de faire le doublé Poule d'Essai - Prix de Diane.
 
 

Rymska lors de sa victoire dans le Critérium de l'Ouest à Craon
 
 
Seulement 6 mois plus tard, Daisy de Trezy repasse sur le ring de Deauville en décembre 2014, un an après sa mère. Les choses ont changé car le marteau tombe à 35.000 € pour le compte de MAB Agency. Le client, Alain Jathière, lui changera son nom en Rymska. Confiée à l'élevage à Pierre Talvard au Cadran, puis envoyée à Pia Brandt, après avoir été débourrée par Jennifer Pardanaud de l'Ecurie de la Frênée, elle gagne en aout à Deauville et remporte le Critérium de Craon, une Listed sponsorisée par le Haras de la Cauvinière. Vendue aux Etats-Unis à des clients de Chad Brown, mais pas entièrement puisqu'Alain Jathière a conservé une partcipation, Rymska, qui est physiquement très signée par son père, mais encore plus par la mère, est partie pour faire une grande carrière américaine !
 
 

Jean-Christian Raymond
 
 
Pendant ce temps là, l'éleveur de charollais et restaurateur de Beauné s'est pris au jeu. " Il a 2 poulinières de plus et en cherche une supplémentaire", explique son ami et conseiller Jean-Christian Raymond. " La mère a eu un fils de Lord du Sud en 2015, nommé L'Or de Trezy actuellement à l'entrainement chez Yvonne Vollmer à Strasbourg pour la casaque de Pascal Deshayes, puis une femelle d'American Post en 2016, nommée Belle de Trezy. Elle est pleine de Racinger cette année mais pour 2017, Eric a choisi de prendre une saillie de Le Havre ! ".
 
En effet, Eric Feurtet a franchi un cap important dans le monde des courses suite à l'ouverture offerte par les succès de Rymska. "J'ai aujourd'hui 4 poulinières, dont Kozaka (NDLR : une fille de Kozana, et cousine d'High Chaparall, déjàde 3 black-type, acquise 95.000€ à Arqana Décembre 2016 - voir le pédigrée), qui attend un produit de Le Havre début mars. J'ai aussi 2 chevaux à l'entrainement chez Carlos et Yann Lerner. Il y a Papou (NDRL : soeur de Pomellato, achetée 50.000 € à Deauville élevage 2016 - voir le pédigrée) dont j'ai 25% et qui va courir sous mes couleurs car je viens de les obtenir auprès de France Galop. Il y a aussi Hermeska, car tous mes chevaux vont désormais se terminer par "ska", qui vient d'être nommée. C'est une fille de Siyouni que j'ai achetée avec Steve Burgraff et Carlos Lerner yearling en octobre 2016 à Deauville (voir le pédigrée). 
 

 


On en parle dans l'article