Tournée des étalons du Grand Ouest (9/13): Haras de Vains

12/01/2021 - Actualités
Depuis 2017, Adrien Delaroque accueille des étalons au sein de sa jeune structure dynamique du Haras de Vains. En 2021, l'établissement manchois situé tout près du Mont St Michel comptera toujours sur Conillon et le jeune Alhadab, qui ont été rejoints par une recrue de choix ! En effet, Adrien a acheté Rail Link, gagnant de l'Arc 2006, et qui fait parler de lui depuis l'automne avec des sauteurs prometteurs. 

 

 

Le Haras de Vains est idéalement situé dans la Manche, tout près du Mont St Michel, et accessible pour tous les éleveurs locaux très facilement, tout en restant proche de l'Ouest et de la Normandie. Ambitieux, Adrien Delaroque y a créé sa structure et accueille depuis 2017 des étalons trotteurs et pur-sangs, en essayant toujours de se renouveler. Sa première recrue fut Conillon, suivi après par le populaire Racinger. L'an passé, il a recruté Alhadab, un fils de Camelot d'une belle famille d'obstacle, mais il passe un autre cap en 2021 ! En effet, Adrien Delaroque, messieurs dames, a ramené un gagnant d'Arc de Triomphe dans le Sud Manche... Rien que ça ! 

 

 

Cet été, Adrien a fait l'acquisition bien inspirée de Rail Link, champion de Khalid Abdullah qui a remporté un Arc mémorable en 2006, en battant Pride, Hurricane Run ou encore le phénomène japonais Deep Impact. Fils de Dansili issu d'une belle famille Juddmonte, Rail Link a connu un dur démarrage en Angleterre, mais est revenu en lumière lors de son arrivée en France à Cercy, en sortant un gagnant de Gr.1 en plat nommé Epicuris. Dans le Centre-Est, il a été très utilisé, et a d'emblée brillé avec ses premières générations "Made in France". On pense à Gelboe de Chanay, gagnante du Wild Monarch, et plusieurs autres bons sauteurs, qui ont tous vraisemblablement le point commun d'apprécier le terrain lourd, et de bien vieillir! 

 

Adrien Delaroque avec Rail Link

 

Ainsi, Rail Link a connu un automne canon avec beaucoup de vainqueurs, et des bons ! Houle Secrète a remporté le prix Beaurepaire à Auteuil en pouliche déclassée, tandis qu'Hôtel Dieu remportait le prix de l'Avenir (Gr.3 AQPS à Nantes). Durant les fêtes, Rail Link a encore régalé avec le bon Get Vingt Sept à Pau, mais aussi la grosse impression de Heross du Seuil pour ses débuts en Angleterre, qui apparaît comme un poulain de qualité pour Nicky Henderson et la famille Donnelly (les propriétaires d'Al Boum Photo.). L'avenir semble donc radieux pour Rail Link, qui va sans doute être apprécié dans sa nouvelle région, très dédiée à la cause obstacle. 

 

 

Rail Link sera accompagné en 2021 par Alhadab, qui sort d'une première saison de monte dans la Manche. Fils de Camelot, qui s'affirme peu à peu comme un très grand étalon, Alhadab est issu de la gagnante de Gr.2 en plat Grace Lady, une fille de Muhtathir qui provient pourtant d'une toute belle famille obstacle où l'on retrouve notamment Geluroni, Horabora Has et Hotmale Has. Très racé et proche du sang, Alhadab présente un profil mixte, mais très intéressant pour l'obstacle, étant sans doute capable de ramener un peu de vitesse sur des sauteuses un peu lourdes. Il fut lui-même gagnant à 2 ans, puis placé des prix Noailles et Greffulhe à 3 ans pour André Fabre, deux préparatoires aux Jockey Club qui ont vu passer de futurs très bons étalons d'obstacle. 

 

Enfin, et pas des moindres, le premier étalon d'Adrien depuis 2017, Conillon, est de retour à Vains après une saison dans l'Ouest. Ce fils d'Acatenango, gagnant de listed en Allemagne et 2ème du Derby Allemand (Gr.1), est connu pour l'instant grâce à Dormello Mo, un très bon sauteur chez Paul Nicholls qui a gagné 11 fois, avant de partir puis regagner en Australie ! Conillon attend en 2021 une plus large génération française de 3 ans, qui sont tous faits dans le moule des sauteurs, et qui plaisent déjà à leurs entraîneurs. A 16 ans, Conillon est devenu un superbe cheval alezan brûlé au physique impressionnant, et c'est une belle opportunité pour vous de le découvrir ou re-découvrir ! 

GALERIE PHOTO

RAIL LINK

 

ALHADAB 

 

 

CONILLON 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...