Qui est le japonais Titleholder, nouveau favori de l'Arc ?

05/08/2022 - Actualités
Il est actuellement le cheval le plus appuyé au betting parmi les candidats au Prix de l’Arc de Triomphe (Gr.1). Lui, c’est Titleholder, un japonais qui va arriver sur la course mythique sans avoir jamais couru en dehors de son pays … Et qui pourrait bien lever la malédiction nippone qui pèse depuis si longtemps sur l’Arc !  

Titleholder, actuel favori de l'Arc

Depuis 1969, aucun des 29 concurrents japonais présentés dans l’Arc n’a réussi à le gagner. Plusieurs d’entre eux sont pourtant passés à deux doigts de la victoire : on se souvient d’El Condor Pasa, battu d’une demi-longueur par Montjeu en 1999, de Deep Impact, troisième à une longueur de Rail Link en 2006 (avant d’être distancé pour contrôle positif), de Nayakama Festa, deuxième à une tête de Workforce en 2010, et du caractériel Orfèvre, vaincu d’une encolure par Solemia en 2012 (et nettement battu par Trêve l’année suivante). Cette année, six chevaux entraînés au pays du Soleil Levant figurent sur la liste des engagés de l’Arc : Deep Bond, Stay Foolish, Do Deuce, Shahryar, Panthalassa … mais surtout le 4 ans Titleholder, qui n’a pas connu la défaite en 2022 en trois sorties.

 
Déjà impressionnant en fin d’année lors de sa victoire par cinq longueurs dans le St. Leger japonais, le Kikuka Sho (Gr.1), Titleholder a tout simplement été monstrueux cette saison. Après avoir repoussé toutes les attaques dans le Nikkei Sho (Gr.2), le pensionnaire de Toru Kurita a été inapprochable dans le Tenno Sho - Spring (Gr.1), qu’il a remporté de bout en bout par sept longueurs malgré un numéro tout à l’extérieur ! Une performance exceptionnelle qu’il a confirmée dans le Takarazuka Kinen (Gr.1), où il a évolué en deuxième position avant de prendre l’avantage à l’entrée de l’ultime ligne droite et de filer vers un franc succès, s’imposant par deux longueurs dans un chrono record. Le dernier cheval à avoir réalisé le doublé Tenno Sho - Spring/Takarazuka Kinen la même année n’est autre que le champion Deep Impact, en 2006 … C’est dire la portée de l’exploit !
 
 
Lauréat sur des distances comprises entre 1.800 mètres et 3.200 mètres, Titleholder est un véritable rouleau compresseur. Au cours de sa carrière, il a battu une multitude de lauréats de Gr.1 tels que Daring Tact (Oaks japonaises, 1.000 Guinées japonaises & Shuka Sho), Efforia (Arima Kinen, Tenno Sho - Autumn & 2.000 Guinées japonaises), Kiseki (St. Leger japonais), Danon the Kid (Hopeful Stakes), Schnell Meister (NHK Mile Cup), Akai Ito (Queen Elizabeth Cup), Panthalassa (Dubai Turf), Potager (Osaka Hai) ou encore Persian Knight (Mile Championship). Pour l’anecdote, Titleholder a couru à plusieurs reprises avec sa "grande" sœur Melody Lane qui est loin de lui ressembler, à la fois au niveau du potentiel et du physique : cette fille d'Orfèvre avait été pesée à 338 kilos lors de sa victoire dans un maiden à Hanshin, en juin 2019 ! D’après le spécialiste des courses japonaises Graham Pavey, c'est le poids le plus léger qui ait jamais été enregistré pour un cheval vainqueur en plat sur le circuit de la JRA (Japan Racing Association). Depuis ce premier succès, Melody Lane (qui a gagné trois courses supplémentaires, avec une cinquième place dans le St. Leger japonais à la clé) n’a pas grossi de plus de 20 kilos… tandis que son frère est plus proche des 500 !
 
Melody Lane, la "grande" soeur de Titleholder !
 
Élevé par Okada Stud, Titleholder avait été vendu 20 millions de yens (soit 146.000 €) foal à son propriétaire Hiroshi Yamada, lors de la JRHA Select Sale. Côté pedigree, il est issu de la première génération de Duramente, auteur du doublé 2.000 Guinées japonaises/Derby japonais en 2015. Ce fils du grand King Kamehameha avait d’ailleurs été engagé deux années de suite dans l’Arc, mais ses fragilités l’ont contraint à faire l’impasse sur la grande épreuve. Duramente est malheureusement décédé en fin d’année 2021 à l’âge de 9 ans, victime d’une inflammation aigüe du côlon. Il a donné deux lauréats de Gr.1 : Titleholder et Stars on Earth (1.000 Guinées & Oaks japonaises). La mère de Titleholder, Mowen, a quitté l’Angleterre pour le Japon après avoir été vendue 30.000 Guinées yearling, à Tattersalls. Cette fille de Motivator a gagné cinq courses, sans pour autant réussir à décrocher du black type. Au haras, elle a été assez malchanceuse : après son premier produit, Melody Lane, elle a eu un foal mort par Deep Impact, puis Titleholder. Depuis, elle a été saillie successivement par Gold Ship, Victoire Pisa, Duramente et Kizuna … en vain. Mowen est la sœur de trois black types dont Zato, lauréat à 2 ans du Prix des Jouvenceaux et des Jouvencelles (L) et placé de Gr.3 à plusieurs reprises. Plus loin dans le pedigree, on retrouve les noms des champions Cracksman et Golden Horn, rien que ça ! Avec un tel profil, les Japonais peuvent croire dur comme fer à une victoire nippone dans l’Arc cette année …  
 
Duramente, le défunt père de Titleholder © Shadai
 

Voir aussi...

Qui est Drefong, ce surprenant américain descendant de Trempolino, père du gagnant des Guinées japonaises ?

Le Satsuki Sho, l’équivalant des Guinées au Japon, a été remporté cette année par le poulain Geoglyph, un fils du champion sprinter américain Drefong. Depuis des décennies, les japonais importent poulinières et étalons venus d’Europe et des USA, permettant d’améliorer leurs courants de sang. Dans le pedigree de Drefong, on retrouve le nom d’un certain Trempolino, qui avait échoué comme étalon aux USA, avant de devenir un excellent sire polyvalent en France.   

Domination internationale des chevaux japonais : le pourquoi du comment !

 Le constat est frappant après la grande réunion de la Dubai World Cup : le Japon et ses coursiers sont en train de grimper en flèche sur la scène internationale. Avec 5 victoires samedi dernier, et plus que jamais, les millions investis dans l'achat de juments et d'étalons à travers le monde depuis plus de 50 ans annoncent un âge d'or pour le Pays du Soleil Levant, toujours en quête du graal sacré : l'Arc de Triomphe.