Rêves de cracks au... Haras des Embruns

14/05/2020 - Focus Elevage
Alors que le dernier poulinage de la saison 2020 est attendu avec impatience, Marie Illegems a le plaisir de vous faire part du plan de monte et des produits nés cette année au Haras des Embruns, dans le pays nantais, qui a fait naître et élever le champion Punch Nantais, lauréat entre autres du Prix Ferdinand Dufaure (Gr.1) à Auteuil. 
 
 
Marie Illegems, ici avec une fille de The Grey Gatsby par Sainte Adresse, la propre soeur de Quatorze (Prix Saônois, L.) et descendante de la gagnante de Gr.1, Seville
 
 
 
 
À la tête du Haras des Embruns depuis 2009, Marie Illegems est tombée sous le charme de la plus belle conquête de l’Homme dès sa plus tendre enfance. En effet, avant de cotoyer les chevaux de courses, cette ancienne pharmacienne de profession s’est familiarisée avec ceux de sport, sa mère étant d’ailleurs l’éleveuse d’un certain un Crin d’Or, lauréat au niveau international. Ancienne assistante du maître entraîneur Alain de Royer Dupré pendant un an, c’est au cœur du bocage nantais que Marie Illegems a décidé d’y établir sa structure, au lieu-dit La Moultière, près de Grandchamp-des-Fontaines, au Nord de Nantes (44), et de proposer tous types de prestations relatives à l’élevage ainsi qu’à la préparation et la présentation aux ventes sans oublier l’accueil de chevaux nécessitant des soins et du repos. C’est d’ailleurs sur ces terres propices à l’élevage que le champion de la famille Allard, Punch Nantais, a vu le jour et a été préparé pour la vente de yearlings Osarus du Lion d’Angers en 2013 avant de remporter respectivement les Prix Congress (Gr.2) et Ferdinand Dufaure (Gr.1) à 3 et 4 ans.
 
 
 
Punch Nantais et Bertrand Lestrade, survolant la "Rivière des Tribunes" à Auteuil
(Photo: APRH)
 
 
Gérant aujourd’hui un effectif composé d’une vingtaine de poulinières, Marie Illegems voit déjà la quasi-totalité de ses « N20 » gambader dans les prés verdoyants du Haras des Embruns, dont la grande majorité est constituée de demoiselles cette année. Des foals issus d’étalons tels American Devil, Pedro The Great, The Grey Gatsby ou encore du “Coolmore” Gleneagles, que nous vous proposons de découvrir en exclusivité.
 
 
 
Voici une femelle d’American Devil par Oasis Way, une sœur de Maid To Remember gagnante à trois ans et « black-type » en Grande-Bretagne, issue d’une famille ayant glané beaucoup de cractère gras Outre-Manche.
 
 
 
Autre femelle par Lady Osborne et Gleaneagles, un fils de la légende Galileo invaincu à trois ans et détenteur du difficile doublé 2.000 Guinées Anglaises – 2.000 Guinées Irlandaises
 
 
 
Toujours chez les femelles, une fille de Chemical Charge et de Mahyara, la matrone du Haras des Embruns, mère de 8 vainqueurs sur 10 en âge de courir dont parmi eux Mahyar Glaz, Mahya Glaz (7 victoires) et Mohica Glaz (3 victoires).
 
 
 
Place aux mâles, avec ce fils de Sans Retenue, une sœur de la bonne Wanderina (Prix Coronation, L.), et issu de la dernière production du regretté Pedro The Great, alors étalon au Haras de la Haie-Neuve et père de Fatale Béré, lauréate de Gr.1 aux États-Unis.
 
 

Voici une femelle par The Grey Gatsby, étalon prometteur au Haras du Petit Tellier, et par Sononce, placée à 3 ans en Allemagne et cousine de Stacelita, une gagnante du Prix de Diane, Jean Romanet, Vermeille et Saint-Alary (Grs.1) en France ainsi que des Flower Bowl Stakes (Gr.1) aux États-Unis, ainsi que de Savoir Vivre (Grand Prix de Deauville, Gr.2), aujourd'hui étalon au Haras du Taillis.

 

VOIR LE RESTE DES N20 ET LE PLAN DE MONTE DU HARAS DES EMBRUNS


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Focus Elevage

Plan de monte 2020 : Walzertakt en vedette chez Pierre de Maleissye Melun

Éleveur des excellents chevaux d’obstacle Azertyuiop, Bipbap et autres Taranis, Pierre de Maleissye Melun a déjà réalisé la moitié de ses poulinages cette année et se projette d’ores-et-déjà vers la saison prochaine, en renouvelant sa confiance envers certains étalons comme Walzertakt, un fils de l’éclectique Montjeu qui apparaît fréquemment dans les plans de monte de l’éleveur sarthois.