Tenerife Sea, la Loire-Atlantique s'exporte jusque sur la Riviera !

10/01/2021 - Actualités
En s'imposant ce dimanche dans la Grande Course de Haies de Cagnes (L.), sous la selle d'un Christopher Couillaud des grands jours, Tenerife Sea a mis à l'honneur tout le département de la Loire-Atlantique, où elle a été élevée au Haras du Saz puis pré-entraînée par Matthieu Nadot avant de rejoindre les boxes de Pierre-Jean Fertillet, auteur d'un magnifique "hat trick' pour la dernière journée du meeting d'obstacle cagnois 2020-2021.

Tenerife Sea et Christopher Couillaud, grands vainqueurs de la Grande Course de Haies de Cagnes (L.) cette année (© André Viguier) 

 

Trois victoires et puis s'en va ! Tel pourrait être résumé le dimanche que vient de vivre le jeune metteur au point Pierre-Jean Fertillet, qui a sellé pas moins de trois gagnants, pour ce qui constituait la dernière journée du meeting d'obstacle de Cagnes-sur-Mer de cet hiver 2020-2021. Un meeting que le jeune homme ne connaît que trop bien du haut de ses 29 ans pour y avoir régulièrement accompagné son père, le "roi de Cagnes", Yannick Fertillet, par le passé, et duquel il terminera finalement deuxième au classement général des entraîneurs cette année avec douze victoires, une longueur derrière le mansonnien Yannick Fouin. Trois succès acquis avec trois jockeys différents: Régis Schmidlin avec Tsar Noir, Morgan Regairaz avec Astara de Lune, mais surtout Christopher Couillaud avec la formidable Tenerife Sea, déjà victorieuse à deux reprises au cours de l'hiver, et qui a épinglé l'un des principaux temps forts de cette réunion dominicale : la Grande Course de Haies (L.) de Cagnes.

 

 

Alors que plus d'un de ses adversaires du jour s'attendaient à la voir prendre rapidement le train à son compte et à imprimer du rythme, comme elle a pour habitude de le faire, Tenerife Sea a cette fois-ci longtemps patienté à l'arrière du peloton, avant de vivement se rapprocher au bout du dernier passage en face, à l'extérieur. Abordant la dernière ligne droite en deuxième position, la partenaire de Christophe Couillaud est venue prendre l'avantage entre les deux dernières haies, puis a très bien répondu aux sollicitations de ce dernier sitôt l'ultime difficulté franchie pour ne jamais se laisser approcher par ses rivaux sur le plat, Capivari (Yeats) terminant bon deuxième, à deux longueurs et demie de la lauréate, juste devant Le Mans (Le Fou), également auteur d'un plaisant effort final, en léger retrait.

 

 

La genèse de cette victoire nous ramène à un beau jour d'avril 2014, où vit le jour en Loire-Atlantique, au Haras du Saz de Roger-Yves et Nicolas Simon, une très jolie pouliche alezane résultant des oeuvres de No Risk At All, étalon au Haras de Montaigu, et de la sextuple lauréate en plat Gialla, malheureusement disparue aujourd'hui. Mère de six gagnants en compétition parmi ses dix produits, Gialla était elle-même issue de la bonne Call Me Jane, une ancienne protégée de Jean-Paul Gallorini victorieuse à 2 ans, en plat, sur l'hippodrome de Saint-Cloud, puis à 3 ans pour ses débuts en obstacle dans le convoité Prix Wild Monarch des Pouliches (L.), à Auteuil. Un peu plus loin dans le pédigrée, on retrouve les noms d'excellents sauteurs comme Robin des Champs, vainqueur de quatre de ses cinq combats en obstacle, notamment du Prix Stanley (L.), avant de devenir étalon à succès; le très éclectique Robin des Prés, gagnant dans les deux disciplines du galop sous la férule de Guillaume Macaire avant de lui aussi entrer au haras, ainsi que Ribleur, très à son aise sur la Riviera pour s'y être imposé en steeple et terminé troisième du Grand Prix de la Ville de Nice (L.) au début des années 1980. 

 

Christopher Couillaud peut laisser éclater sa joie: avec sa championne Tenerife Sea, ils viennent de remporter la Grande Course de Haies de Cagnes (L.) (© André Viguier)

 

Passée à 2 ans sur le ring d'Arqana, à l'occasion de la vente d'Été de 2016, où elle n'a pas laissé insensible le courtier Guy Petit, qui est reparti avec elle pour la somme de 8.000€, Tenerife Sea a ensuite effectué son apprentissage chez Matthieu Nadot, grand ami de Pierre-Jean Fertillet au demeurant, où elle a été pré-entraînée dans son ancien établissement de Freigné, toujours en Loire-Atlantique. La belle alezane a ensuite intégré l'effectif du dernier nommé, installé, comme son père, sur la commune de Nozay depuis 2015, chez qui elle a tout d'abord effectué des débuts "propres" en plat, terminant cinquième sur la fibrée de Pornichet à la fin de son année de 3 ans, avant de descendre pour la première fois sur la Riviera pour y effectuer ses premiers pas en obstacle, décrochant alors deux accessits. Ce n'est qu'à l'été de ses 4 ans que Tenerife Sea est parvenue à débloquer son compteur de victoires très plaisamment, sur les balais de Châteaubriant, juste avant de tenter l'aventure italienne, à Merano, dans la Grande Course de Haies des 4 ans, où elle et son jockey se sont malheureusement séparés pendant la course...

 

Tenerife Sea, aux côtés de son jeune metteur au point de Nozay, Pierre-Jean Fertillet

 

Revenue sur la Côte d'Azur pour le meeting d'hiver 2018-2019, Tenerife Sea va alors décrocher deux troisièmes places ainsi que le second succès de sa carrière sous la selle de Christopher Couillaud, avec qui elle a ensuite remporté, de la tête et des épaules, la première victoire black-type de sa carrière, à l'issue du Prix Spumate (L.), à Fontainebleau. Quatrième ensuite cette même année de 2019 des Prix d'Arles (L.) et Christian de Tredern (Gr.3) sur la Butte Mortemart, à Auteuil, avant d'être écartée des pistes pendant plus d'un an, la fille de No Risk At All a fait une réapparition victorieuse sur le steeple cagnois au tout début du mois de décembre dernier, avant de remettre ça dans un gros handicap sur les haies, toujours fidèle à sa tactique du "devant et (très) méchant".

 

Découvrez, ou redécouvrez le centre d'entraînement de Pierre-Jean Fertillet, à Nozay, en Loire-Atlantique

 

Cinquième dans la dernière préparatoire à cette Grande Course de Haies de Cagnes (L.), le Prix du Breil, après une grosse faute au dernier passage en face ayant manqué de faire passer son jockey par la fenêtre, Tenerife Sea a plus que ravi son entourage ce dimanche en remportant cette épreuve, du meilleur aloi en vue d'une future carrière de poulinière. Il n'y avait qu'à voir les sourires illuminer les visages de Pierre-Jean Fertillet et Christopher Couillaud dans l'enceinte des balances, tout à leur joie que le changement de tactique qu'ils aient décidé d'opérer ait aussi bien fonctionné. À tel point que le troisième meilleur jockey de ce meeting d'obstacle cagnois 2020-2021 avec ses six victoires en a même versé quelques larmes, tout en continuant de flatter sa championne ! Une jument de course talentueuse, formidable porte-étendard pour  la jeune écurie de Pierre-Jean Fertillet, qui ne cesse de gagner en notoriété au fil des saisons, mais aussi pour toute la Loire-Atlantique, où elle a également été élevée et pré-entraînée, et dont le savoir-faire des professionnels qu'elle abrite parvient à s'exporter aux quatre coins de l'Hexagone, jusque sur les bords ensoleillés de la Côte d'Azur ! 

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

"À Cagnes-sur-Mer, les noms de prix ont une histoire", racontée par Xavier Bougon

Alors qu'Auteuil vient tout juste de refermer ses portes ce jeudi 03 décembre, l'hippodrome de Cagnes-sur-Mer s'apprête à ouvrir les siennes dès demain, afin d'entamer son traditionnel meeting d'hiver. Mais vous-êtes vous déja demandé pourquoi certains noms d'hommes ou de chevaux étaient attribués à quelques épreuves d'obstacles dsiputées sur la Riviera  ? Notre historien de choc, Xavier Bougon, vous en explique les raisons.