Ioritz Mendizabal, besogneux pour les Français, classique pour les Anglo-Irlandais

16/05/2021 - Actualités
Après avoir renoué avec la victoire dans les Gr.1 en 2020, en selle sur deux chevaux entraînés en Angleterre, Ioritz Mendizabal est parvenu à en enregistrer une nouvelle aujourd’hui, à ParisLongchamp. Le pilote basque, quadruple Cravache d’Or chez les jockeys de plat en France, a en effet mené au succès le rentrant St Mark’s Basilica dans la Poule d’Essai des Poulains, un fils du "FR" Siyouni entraîné en Irlande par Aidan O’Brien.

Nouvelle victoire de Gr.1 pour Ioritz Mendizabal... de nouveau avec un cheval entraîné outre-Manche (© APRH)

 

"Ma devise, c'est d'abord de se faire plaisir dans tout ce qu'on fait, d'être sincère et déterminé, et d'avoir l'amour du travail bien fait". Si cette citation émane tout droit de la bouche du célèbre chef étoilé et meilleur ouvrier de France Philippe Etchebest, elle peut tout aussi bien être employée par un autre homme puisant lui aussi ses origines dans le Pays Basque : Ioritz Mendizabal. Cette attitude, l'ancien apprenti de Michel Laborde n'a effectivement de cesse de l'incarner depuis plus de trente ans qu'il est dans les pelotons, et lui a notamment valu de remporter pas moins de quatre Cravaches d'Or, en 2004, 2008, 2009 et 2010 ainsi que sept victoires de Gr.1 au cours de cette même période, toutes avec des chevaux entraînés en France.

 

 

Et alors qu'il n'avait plus goûté aux joies du succès à plus haut niveau les dix années qui ont suivies, celui qui figure quasi systématiquement dans le top 10 des meilleurs jockeys de plat de l'Hexagone saison après saison, toujours à force de travail, de constance, mais aussi d'un brin de chance, est parvenu à mettre fin à cette disette depuis l'an dernier, se retrouvant associé à des pensionnaires façonnés de l'autre côté de la Manche, aussi bien en Grande-Bretagne qu'en Irlande. En effet, après avoir mené à la victoire Mishriff, pensionnaire de John Gosden, dans le Prix du Jockey-Club puis Audarya, entraînée par James Fanshawe, dans le Prix Jean Romanet l'an dernier, le jockey basque est parvenu ce dimanche à enlever un nouveau Gr.1, associé à St Mark's Basilica dans la Poule d'Essai des Poulains, sur l'hippodrome de ParisLongchamp.

 

Ioritz Mendizabal, menant au succès St Mark's Basilica ce diamnche dans la Poule d'Essai des Poulains, à ParisLongchamp (© APRH)

 

Dans une course qui n'est pas allé très vite en partant, le représentant de la "team Coolmore" (Derrick SmithMme John Magnier & Michael Tabor, ndlr) a longtemps patienté en septième position avant de progresser en pleine piste, au pavillon, et d'ensuite placer une très belle accélération pour venir dominer aisément la situation à 150 mètres du disque final. Il devance de presque deux longueurs Colosseo (Street Boss), qui s'est magnifiquement comporté à ce niveau de la compétition, à l'instar de Breizh Eagle (Bow Creek), qui a terminé en trombe, tout à l'extérieur, pour venir s'emparer du second et dernier accessit de cette prestigieuse épreuve. 

 

 

Élevé par l'australien Robert Scarborough, ancien Président du Moone Valley Racing Club et éleveur sans sol à Norelands Stud, en Irlande, St Mark's Basilica met à l'honneur le parc étalon français puisqu'il n'est autre qu'un rejeton de Siyouni, reproducteur des Aga Khan Studs comptant aujourd'hui parmi les meilleurs sires de toute l'Europe. Côté maternel, le puissant bai est issu de Cabaret, gagnante de Gr.3 à Leopardstown, déjà sous la férule d'Aidan O'Brien, et connue pour être également à l'origine d'un certain Magna Grecia, sorti vainqueur des Futurity Trophy Stakes (Gr.1) à 2 ans puis des 2.000 Guinées de Newmarket à 3 ans. Acheté 1.300.000 guinées par Coolmore à la vente de yearlings d'octobre de Tattersalls, en 2019, St Mark's Basilica enregistre ainsi le troisième succès de sa carrière, après avoir notamment fait sien les Dewhurst Stakes (Gr.1) l'an dernier, à l'âge de 2 ans, juste après avoir terminé proche troisième de Thunder Moon dans les Vincent O'Brien National Stakes (Gr.1).

 

Siyouni, le père de St Mark's Basilica, lors de la Route des Étalons 2020, au Haras de Bonneval

 

Si Aidan O'Brien n'en est pas à son coup d'essai dans la Poule d'Essai des Poulains, l'ayant déjà remportée avec Landseer (2002), Aussie Rules (2006), Astronomer Royal (2007) et The Gurkha (2016) par le passé, c'est la toute première fois qu'il parvient à l'emporter avec un cheval qui effectuait là une rentrée et n'avait plus été revu en compétition depuis... 217 jours avant ce dimanche ! Le maître entraîneur irlandais permet ainsi à Ioritz Mendizabal d'inscrire pour la toute première fois de sa carrière son nom au palmarès du premier classique réservé aux mâles de 3 ans de la saison en France. Vainqueur donc de pas moins de cinq Gr.1 depuis 2020, les deux autres ayant été obtenues avec les pur-sang arabes Deryan à Meydan, cet hiver, et Hattal ce dimanche, à ParisLongchamp, dans la Coupe d'Europe des Chevaux Arabes, le pilote Basque tend à prouver qu'il est toujours au sommet de son art a désormais 47 printemps. À tel point que quelques-uns des meilleurs entraîneurs de plat d'Europe, si ce n'est du monde, n'hésitent pas à le solliciter pour l'associer à leurs protégés. Si cela n'est pas la preuve d'un savoir-faire reconnu, qu'est-ce donc alors ?

 

Avec pas moins de cinq victoires de Gr.1 obtenues depuis mai 2020, sûr que Ioritz Mendizabal peut avoir le poing serré ! (© APRH)

 

 

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...

Poule d'Essai des Poulains 2021: La France entière se dresse face à Poetic Flare !

Véritable attraction de la Poule d'Essai des Poulains, le vainqueur des Guinées anglaises Poetic Flare tente ce dimanche un doublé rarissime. Sur sa route, se dresse une armada française venue des 4 coins de l'Hexagone : Chantilly, Maisons-Laffitte, Deauville, Calas, La Teste, ou encore Senonnes... Ils sont tous sur les rangs pour enlever le premier classique français de 2021 ! En partenariat avec France Galop.

La Poule d'Essai 1990 de Kendor : le crack très mordant de Maisons-Laffitte

Animal particulièrement féroce de caractère, Kendor reste comme le meilleur compétiteur de plat entrainé à Maisons-Laffitte des temps modernes. Vainqueur de la Poule d'Essai des Poulains en 1990, tenu en main par un apprenti nommé Thierry Gillet, l'élève de la famille Bader marque encore d'une empreinte profonde l'élevage en France. Mais diable qu'il n'était pas toujours aimable... C'est d'ailleurs pour cela qu'il est revenu d'Australie avant d'être vendu autour d'une table au Crédit Agricole. En partenariat avec France Galop.