Leurs premiers 2 ans en 2021 (12/15) : Ultra

05/03/2021 - Zoom Etalon
  Un bon nombre d'étalons stationnés en France auront leurs premiers 2 ans en piste en 2021. Avant l'apparition de cette génération sur les hippodromes, on se penche sur le profil de ces nouveaux arrivants, en analysant leur carrière, leurs origines, mais aussi les résultats aux ventes et les premiers "bruits de couloir" des entraîneurs. Continuons avec Ultra, stationné au Haras du Logis.

 

Ultra, un gagnant du Jean Luc Lagardère en temps record (APRH)

 

Ses performances : le recordman de vitesse dans le Lagardère

Si ses origines pouvaient plus le prédisposer à la tenue qu'à la vitesse, Ultra a tout de même montré qu'il avait un drôle de moteur à l'âge de 2 ans chez André Fabre. Il a gagné dès le mois de juillet sur 1400m, dans un maiden qui s'est avéré remarquable puisque le 2e fut le multiple placé black-type Moon Trouble, le 3e Mont Ormel ayant ensuite gagné le Grand Prix de Paris à 3 ans, et on retrouvait plus loin les gagnants de stakes Maximum Aurelius, Thewayyouwish et Ghaaly. Après une 2e victoire en autant de sorties, en battant d'une longueur l'excellent Royal Julius, Ultra a assis sa domination en remportant le Jean Luc Lagardère (Gr.1), la dernière édition dans l'ancien Longchamp. A cette occasion, il battait nettement des chevaux comme Galileo Gold (2000 Guinées, St James Palace Stakes), Johannes Vermeer (Critérium International Gr.1), ou encore Attendu et Herald The Dawn. Cette victoire lui a permis d'établir le nouveau record de vitesse de la course, à l'époque disputée sur 1600m. Ennuyé ensuite par des petits pépins de santé, Ultra a manqué le printemps classique, mais est revenu à l'été avec une 2e place dans le prix Eugène Adam (Gr.2), avant de remporter sa seule course à 4 ans, le prix Jacques Laffitte (listed) sur 1800m. Si malheureusement nous n'avons pas pu savoir s'il aurait été aussi bon dans les classiques, Ultra a de sérieuses références à 2 ans et des lignes qui parlent. 

Etalons au palmarès du prix Jean-Luc Lagardère: Kendor, Rock Of Gibraltar, American Post, Holy Roman Emperor, Wootton Bassett, Dabirsim, Olympic Glory...

 

 

Son père : le seul fils de Manduro au Haras 

Ultra est finalement arriver sans le savoir au meilleur des moments au Haras du Logis. Il devenait alors le premier et seul fils de Manduro à faire la monte en France. Ce dernier est malheureusement disparu en 2020. Grand cheval de course, Manduro a laissé des impressions folles lors de ses grandes victoires, dont le Jacques Le Marois, et aurait sans doute été l'un des vainqueurs en puissance de l'Arc de Triomphe, s'il ne s'était blessé malheureusement lors de sa démonstration dans le prix Niel (Gr.2). Au Haras, Manduro a réussi à s'affirmer dans tous les registres, du crack stayer comme Vazirabad, aux 2 ans comme Ultra et Mandean, sans oublier le champion brésilien Braco Forte ou encore la très consistante Ribbons. En obstacle, il a vite fait parler de lui, en digne fils de Monsun, étant notamment à l'origine de Rashaan, meilleur cheval de haies aux Etats-Unis, mais aussi le bien connu Porto Pollo, encore vainqueur sur le steeple d'Auteuil récemment. La lignée mâle de Monsun est très recherchée, mais tend à se perdre pour le plat. Ultra fait donc figure de résistant, très intéressant à utiliser pour les éleveurs à la recherche de courants de sang confirmés. 

 

Manduro, un étalon qui a laissé d'excellents souvenirs aux éleveurs français 

 

 

Sa lignée maternelle : une famille vivante et polyvalente !

Si la famille d' Ultra n'est pas la plus connue, force est de constater qu'elle est très vivante, polyvalente, et a donné des chevaux de haut niveau à chaque génération. Seulement placée, sa mère Epitome a très bien produit, donnant également Synopsis (prix Minerve Gr.3), et la multiple placée de listed Epic Smilie. Son dernier produit en date à courir est un 3 ans par Dubawi nommé Quintillus, entraîné par Charlie Appleby, dont la deuxième et dernière sortie s'est soldée par une victoire de près de 5 longueurs à 2 ans ! Notons également que les filles d' Epitome produisent bien, étant à l'origine du précoce Figure Of Speech (placé des July Stakes, Richmond Stakes, Mill Reef Stakes) et de Lackeen (2e du prix Pelleas listed en 2020). La grand-mère d'Ultra, Proskona, est une double gagnante de groupe sur courtes distances, et est à l'origine, de près ou de loin, d' Act One (double gagnant de Gr.1 et étalon), Calista (triple gagnante de stakes dont un Gr.2), Ibuki Perceive (2e des 1000 Guinées Japonaises Gr.1), et une kyrielle de chevaux black-types ! 

 

 

">https://twitter.com/RacingTV/status/1318965488286924800?ref_src=twsrc%5Etfw">October 21, 2020

 

 

Le croisement avec Ultra est très simple, puisqu'il ne transporte pas les sangs de Sadler's Wells, Kendor, Anabaa, et de la majorité des étalons dont le nom apparaît dans les pedigrees français. Sa mère est par le crack Nashwan, qui a donné 2 champions au Haras que furent Swain et Bago. Ses filles ont notamment donné l'excellent Poet's Word, Shalanaya, ou encore Royal Highness, une gagnante de Gr.1 issue du même croisement qu' Ultra puisque fille de Monsun. Il est également le grand père maternel de la gagnante d'Oaks Anapurna. La grand-mère d' Ultra est par le chef de race Mr Prospector, très influent aux Etats-Unis comme en Europe. Ses fils comme Kingmambo, Machiavellian, Miswaki ou encore Woodman ont remarquablement tracé, mais il s'est également affirmé comme le père de mères de Scat Daddy, Furioso, Dayjur, Green Tune, Denebola, ou encore Mineshaft. La présence si proche de Mr Prospector dans le pedigree d'Ultra est évidemment très attirant pour un éleveur. 

 

Mr Prospector, l'un des étalons les plus influents de l'histoire des courses 

 

 

Les premiers yearlings : signés du père, avec des modèles très plaisants 

Ce que nous avons vu des yearlings d'Ultra aux ventes nous a plutôt enthousiasmé. On peut déjà remarquer qu'il donne beaucoup de modèle à sa production, et les signe souvent avec sa belle robe alezan brulé. Au niveau chiffre, cela ne s'est pas mal passé non plus, avec une femelle qui a fait afficher 30 000 € à la vente de sélection, où également  un poulain était racheté à 75 000€. Il était le frère de l'excellent Gold Trip, qui allait conclure 4e de l'Arc. En octobre, Ultra a vu un de ses poulains adjugé à 22 000 € à Michel Zerolo, et une pouliche rachetée 45 000 €. Ces résultats sont bons, et le cheval voit cette année son tarif être revu à 5000 €, ce qui semble assez juste. Avec la course aux 2 ans précoces, Ultra ne se positionne pas nécessairement comme un spécialiste en la matière, même s'il a avait lui-même montré énormément de qualité à cet âge, comme évoqué précédemment.


Le frère de Gold Trip par Ultra, désormais à l'entraînement chez Edouard Monfort 

 

Les premiers 2 ans : Le mile sera certainement leur sport ! 

Responsable commercial de Darley en France, Antonin Pelsy nous explique: "Les premiers bruits sont assez bons sur les poulains d' Ultra. J'ai pour ma part pu en voir deux chez Rodolphe Collet, qui s'y prennent bien et ont de la classe. Edouard Monfort a également le frère de Gold Trip, qui s'annonce prometteur, et on peut également citer un poulain de Jean Pierre Dubois. Ils sont dans de bonnes maisons globalement. Nous devrions en voir plusieurs assez tôt, mais la tendance indique que, comme leur père, ce seront plutôt des chevaux que l'on verra s'exprimer à leur meilleur niveau sur 1400-1600m, en tout cas à 2 ans. Avec Ultra, on cherche à faire des milers surtout, comme il l'était en course."

Ainsi, il ne faudra pas s'attendre à ce qu' Ultra produise de purs 2 ans vites et précoces, mais des chevaux qui vont progresser à l'été, en vue de l'automne. On en recense déjà une vingtaine à l'entraînement, chez Francis-Henri Graffard, Fabrice Chappet, Frédéric Rossi, Hiroo Shimizu, Joséphine Soudan, Fabrice Vermeulen... liste non exhaustive ! Ultra est donc dans le bon timing pour attaquer une année 2021 importante. 

 

Ultra, en marche pour 2021 !


On en parle dans l'article

Voir aussi...