Abbaye 2020: Wooded, les français savent sprinter !

04/10/2020 - Actualités
La dernière victoire française dans  le prix de l'Abbaye de Longchamp remonte à 2012.  Francis Henri Graffard a donc réussi une belle performance avec son compère de Paray Le Monial Pierre Charles Boudot, qui a mené Wooded au succès. Le fils de Wootton Bassett a été élevé au Haras d'Etreham pour le compte des suisses du Gestut Zur Kuste. 

Wooded s'arrache pour repousser Liberty Beach (APRH)

 

8 ans !. Cela faisait 8 ans, depuis la victoire de Wizz Kid pour Robert Collet que la France n'avait plus vaincu dans l'Abbaye de Longchamp. Le championnat des sprinters n'a été enlevé que par 3 français depuis 1987, rendez-vous compte. Wooded a donc réalisé quelque chose de peu commun aujourd'hui, même s'il n'avait pas Battaash sur sa route. Le pensionnaire de Francis Henri Graffard a tout de même contenu les assauts de la tenante du titre Glass Slippers, avec un Pierre-Charles Boudot des grands jours, qui a enfin fait trouver son jour à ce niveau à ce poulain qui aurait dû, au top de sa forme, aller courir la Commonwealth Cup à Ascot. Mais le Covid l'en a empêché, et il a dû aller sur des distances trop longues à son goût. Aujourd'hui les 1000m étaient parfaits pour le cheval d' Al Shaqab Racing, qui repointe le bout de son nez à très haut niveau, alors qu'on a vu l'entité réinvestir en septembre à Deauville, toujours sous l'impulsion de Nicolas de Watrigant

 

 

 Nicolas de Watrigant a aussi déniché Wooded pour 90 000 € sur le ring d'ARQANA, alors que son père Wootton Bassett n'avait pas montré l'entière mesure de son talent. Il y avait beaucoup de vitesse dans son pédigree, puisque sa mère Frida La Blonde est une soeur de Fred Lalloupet, lui-même un sprinter assez connu en France. Francis Graffard avait quant à lui à l'entraînement le cousin, Maximum Aurelius. Le propre frère de Wooded, Beat Le Bon, avait été placé de groupe en Angleterre. Wooded, présenté aux ventes par le Haras d'Etreham, portait la marque de la famille de Chambure, avec une mère par Elusive City. Il a ce modèle des bons sprinters, tout en puissance et en longueur, et avait déjà été bon à 2 ans, en se plaçant de groupe. Wootton Bassett a depuis pris une grosse cote, et été vendu à Coolmore, qui doit se féliciter de son achat une nouvelle fois, tant les produits de Wootton Bassett font feu en ce moment, avec Audarya, Chindit et bien-sûr Wooded. Ce dernier a été formé chez Alban Chevalier du Fau, qui connaît un superbe week-end après le triomphe hier de Jadoomi dans le Criterium de la vente d'octobre Arqana, et le nouveau Gr.1 de Uni aux États Unis. 

 

La joie rageuse de Pierre Charles Boudot au passage du poteau (APRH)

 

Wooded met à l'honneur le savoir faire d'Etreham, mais pour le compte du Gestut Zur Kuste, un groupement d'investisseurs suisses encore tout jeune, emmené par Christoph Muller, le président de la société des courses de Frauenfeld. Avec beaucoup de juments en France et à l'étranger, ils ont tout de suite fait fort dès leur première génération, qui a eu 3 ans en 2018. Cette année là, ils avaient élevé Teppal (Gagnante de la Poule d'Essai des Pouliches) et Dice Roll (prix Djebel, 3e de Gr.1). Depuis, avec des investissements conséquents, les vainqueurs de haut niveau se sont alignés, avec San Huberto, Charlesquint, Tantpispoureux, ou encore Instruit, qui sont tous passés en vente, dans la logique de pérenité de la société. Un 2e gagnant de Gr.1 en moins de 5 ans, c'est une sacrée performance, même quand on y met les moyens !

 

 

 

Une large bande d'heureux autour de Wooded ! (APRH)

 

Francis Henri Graffard prouve qu'il sait tout faire, surtout quand il est associé à Pierre-Charles Boudot. Comme on aime à le rappeler, les deux hommes se sont connus dans leur jeunesse à Paray Le Monial, chez Marc Boudot, le regretté père de Pierre-Charles. Francis Graffard a semble-t-il encore franchi un palier dans sa qualité de chevaux, avec les arrivées de grands propriétaires comme l'Aga Khan et Khalid Abdullah pour ne citer qu'eux. Une heure après être passé tout près de son premier Arc avec In Swoop, et au lendemain de sa victoire de groupe avec The Revenant, le voilà qui brise le signe indien sur le sprint. Entraîneur classique c'est une chose, mais il faut savoir toucher à tout, et Francis le fait bien ! Avec son beau week-end, il vient de s'installer dans le top 5 français, en ayant fait courir le moins de chevaux dans le top 10. Quand ça court, ça fait mouche. L'avenir des entraîneurs français est bien assuré !

 

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...