Leurs premiers 2 ans en 2021 (14/15) : Zarak

11/03/2021 - Zoom Etalon
Un bon nombre d'étalons stationnés en France auront leurs premiers 2 ans en piste en 2021. Avant l'apparition de cette génération sur les hippodromes, on se penche sur le profil de ces nouveaux arrivants, en analysant leur carrière, leurs origines, mais aussi les résultats aux ventes et les premiers "bruits de couloir" des entraîneurs. Continuons avec Zarak, stationné au Haras de Bonneval (Aga Khan Studs).  

Zarak a fait parler de lui par ses origines, avant de se faire un prénom en piste ! 

 

Ses performances: de 2 à 4 ans, sur tous les fronts ! 

Le 22 octobre 2015, un poulain retenait toute l'attention des observateurs à Deauville. Il s'agissait du fort bien né Zarak, qui a ce jour-là fait une démonstration, montrant une pointe de vitesse redoutable. Le rêve classique était né pour le fils de Zarkava, qui devenait le premier gagnant de sa championne de mère. Vainqueur dès sa rentrée à 3 ans, Zarak a ensuite conclu 5e de la Poule d'Essai des Poulains, étant un peu pris de vitesse sur la ligne droite de Deauville, avant de venir finir. Il s'est affirmé comme l'un des meilleurs de sa promotion dans le Jockey-Club, où il est tombé sur un phénomène nommé Almanzor, tout en devançant de très loin Dicton et Talismanic. Zarak a fini sa saison par plusieurs places dans les groupes, avant de revenir plus fort à 4 ans. Alain de Royer Dupré l'a envoyé faire l'hiver à Dubai, où il a remporté un Gr.3, avant de se classer 4e de la Dubai Turf (Gr.1). Il a ensuite été un malheureux 2e du prix Ganay, Christophe Soumillon ayant perdu son bâton à mi ligne droite. A l'été, Zarak a fait son premier essai sur la distance classique, rendant un bel hommage à sa mère en s'imposant dans le Grand Prix de Saint Cloud. Il devenait son premier gagnant de Gr.1, en battant les excellents Silverwave, My Dream Boat, Hawkbill, Left Hand, Robin Of Navan ou encore Erupt

 

Etalons au palmarès du Grand Prix de Saint-Cloud : Djebel, Sea Bird, Acatenango, In The Wings, Montjeu, Spanish Moon, Noble Mission...

Etalons sur le podium du Jockey-Club : Sadler's Wells, Rainbow Quest, Trempolino, Poliglote, Chichicastenango, Hurricane Run...

 

 

Son père : Dubawi, le phénomène qui ne déçoit jamais

Considéré comme le meilleur étalon anglais de tous les temps, Dubawi est l'éternel rival de Galileo. Il s'est d'abord illustré en piste avec 3 victoires de Gr.1, et a fait briller son père Dubai Millenium, un crack qui est mort prématurément, ne laissant qu'une seule génération. Il suffisait d'un seul Dubawi ! Entré à Dalham Hall Stud, Dubawi n'a cessé ce gravir les marches pour devenir une référence aux ventes, où il fait régulièrement des millionnaires, avec la meilleure moyenne de prix européenne. En piste, c'est également exceptionnel, puisqu'il est à l'origine de plus de 40 gagnants de Gr.1, dont le meilleur cheval mondial de l'année 2020, Ghaiyyath. Ce qui est fou est qu'il sait tout faire, du champion 2 ans précoce au pur cheval classique, en passant par des chevaux de dirt...17 de ses produits ont dépassé le million de livres de gains. En terme de statistiques, 10% de ses partants sont gagnants de groupes, et 16% gagnants de stakes. Attendu comme père de pères, il s'illustre déjà dans ce registre avec Night Of Thunder, qui a aussi des stats phénoménales, ou encore Makfi. De plus en plus de fils de Dubawi rejoignent le haras et sont soutenus avec des jumenteries de qualité, ce qui laisse à penser que son aura est appelée à s'étendre encore...

 

Dubawi, la grande star des étalons de la galaxie Darley 

 

 

Sa lignée maternelle : le meilleur produit de l'inoubliable Zarkava 

Zarkava !. Voilà un nom que la plupart des passionnés de courses n'oublieront jamais. Sa classe comme son caractère font que la reine est inoubliable, et encore considérée comme la meilleure jument de l'histoire en classe pure. Invaincue et gagnante d'un Arc de haut vol, Zarkava n'a pas eu beaucoup de chances au Haras avec ses premiers produits, qui ont connu bien des malheurs. Elle a renversé la tendance depuis Zarak, qui est son meilleur produit, puisqu'elle a aussi donné les gagnantes de stakes Zaykava et Zarkamiya, cette dernière ayant conclu 3e d'un prix Vermeille. Une propre soeur de Zarak nommée Zarka, âgée de 2 ans, est à l'entraînement chez Alain de Royer Dupré, ainsi que son 3 ans par Sea The Stars nommé Zarkar, qui est engagé dans le Jockey Club et le Grand Prix de Paris. Performante en plat, comme en obstacle (Cf: Zarkandar et Zarkali), cette famille Aga Khan est encore très vivante. 

 

Formidable Zarkava...(APRH)

 

Zarkava est par Zamindar, un frère de Zafonic ayant montré beaucoup de classe à 2 ans, qui a fait la majeure partie de sa carrière d'étalon en Angleterre à Juddmonte Farms. Il a donné outre Zarkava la championne Darjina, mais aussi Timepiece, Coquerelle, et le bien connu Air Pilot. Il s'affirme comme un excellent père de mères, surtout en ce qui concerne les étalons, puisque ses filles sont à l'origine de la jeune star Kingman, mais aussi de New Bay, qui a réalisé un démarrage canon au Haras avec ses premiers 2 ans ! Le grand-père maternel de Zarak n'est autre que Kahyasi, un étalon vecteur de tenue dont le sang est très recherché en obstacle. En père de mères, il est naturellement plus utilisé dans ce registre, où il est tout bonnement excellent, ses filles ayant donné L'Autonomie, ou encore A Plus Tard, l'un des favoris de la Cheltenham Gold Cup. Zarak est lui-même inbred sur Mr Prospector et Mill Reef, deux chefs de race dont il est dur de se passer. 

 

Zamindar, le père des mères de Kingman, New Bay...et maintenant Zarak !

 

Les premiers yearlings: un engouement européen 

Dès sa première saison, Zarak a attiré les foules avec 134 juments saillies, ce qui a permis de voir beaucoup de ses yearlings aux ventes. Il a donné des produits avec du physique, à son image, puisqu'il est devenu en quelques années une vraie peinture, très signé de son père par ailleurs. Dès la vente de sélection, une pouliche a fait afficher 100 000 €, soit plus de 8 fois son tarif de saillie. Ce prix a été dépassé en octobre, avec un mâle adjugé 112 000 € à Anthony Stroud. Il est un frère de l'espoir classique Bellocio, entraîné par David Menuisier. La moyenne de prix a été excellente, et nous avons surtout pu noter l'engouement de la part d'acheteurs bien connus comme Jean-Claude Rouget, Prime Equestrian, Rabbah Bloodstock, Freddy Head ou encore Gérard Larrieu. Zarak était bel et bien un étalon attendu ! 

 

Le frère de Bellocio par Zarak a été acheté 112 000 € par Anthony Stroud à ARQANA 

 

Les premiers 2 ans : Un étalon attendu par les éleveurs 

Fanny Cyprès (Aga Khan Studs) explique: " Zarak est très populaire pour sa 4e année de monte, et affiche complet. C'est un bon signe, et cela montre que les gens ont aimé ce qu'ils ont vu aux ventes avec ses premiers yearlings, qui ont fait afficher de beaux prix, et ont séduit par leurs modèles. Les premiers bruits des entraîneurs sont bons. Zarak est un cheval qui intrigue, car il est le seul étalon de la grande famille de Zarkava. C'est une belle opportunité de ramener ce courant de sang, qui est facile à croiser. Il est très signé Dubawi, ce dernier s'affirmant comme un bon père de pères. En première année, Zarak avait sailli les mères de Lord Glitters et Bellocio, mais aussi une soeur de la championne Laurens et la placée du prix de Diane Amour A Papa."

Zarak a 69 deux ans déclarés sur France Galop, ce qui constitue un nombre assez important pour démarrer sur le bon pied. Une vingtaine sont déjà déclarés à l'entraînement, chez Jean-Claude Rouget, Freddy Head, Christopher Head, Romain Le Dren Doleuze, Andreas Shutz, Henk Grewe, François Rohaut, Carlos et Yann Lerner, Carina Fey ou encore Stéphane Wattel. Ils sont donc dans de bonnes maisons, et cette liste ne prend pas en compte les produits exportés en Angleterre ou en Irlande, qui sont également en nombre. S'il a gagné à 2 ans, Zarak s'est amélioré avec l'âge. Il est logique d'attendre ses 2 ans sur les distances de 1400-1600m plus que sur les sprints de début de saisons. Cela ne l'empêcherait pas de faire de bons 2 ans, s'il transmet la classe de sa famille ! 

 

Zarak a de quoi devenir le digne porte drapeau de sa grande famille...

 


On en parle dans l'article

Voir aussi...