La relève est dans le pré... au Haras de #Magouët

01/06/2022 - Focus Elevage
Longtemps à la tête de la grande concession de véhicules Le Temple Automobiles, Patrick Lemarié arbore désormais la seule casquette d'éleveur et vous emmène bon pied bon oeil dans les verts prés du Haras de Magouët, à Campbon (Loire-Atlantique), afin de vous présenter celles et ceux appelés à marcher dans les traces laissées par les champions maison comme Got Fly, Gothathir, Got Sun et plus récemment Keyflower.

Bienvenue à Campbon, en Loire-Atlantique, chez Patrick Lemarié, afin d'aller à la rencontre des "N22" du Haras de Magouët

 

Petit conseil d'ami : ne vous risquez surtout pas à lui demander s'il est à la retraite désormais, au risque de lui faire dresser les poils sur les bras et de le mettre de mauvaise humeur pour le reste de la journée. Car non, Patrick Lemarié n'est pas à la retraite : il est en "ralentissement d'activité". D'une activité seulement. Celle de Président-Directeur-Général de Le Temple Automobiles (Groupe Sofipel), une concession de véhicules et d’utilitaires située à Vigneux-de-Bretagne (Loire-Atlantique) ayant comme clients bien des professionnels du monde des courses (vos humbles serviteurs les premiers, ndlr) et dont les rênes sont aujourd'hui tenues - et bien tenues ! - par sa fille, Aurélie, et Alexandre Alletru. Car pour ce qui est de l'élevage et de l'activité du Haras de Magouët, qu'il a créés au début des années 1980, en plein coeur de la campagne de Campbon (Loire-Atlantique) notre homme n'a guère levé le pied. Au contraire, il aurait même tendance à appuyer un peu plus fort sur le champignon !

 

 Patrick Lemarié, teint hâlé et polo "LTA" ajusté, au beau milieu des jeunes demoiselles de son Haras de Magouët, en Loire-Atlantique

 

 Une partie de la team France Sire, déjà fin prête à repartir pour de nouvelles aventures avec Flying Berlingo, un produit né et élevé au Temple Automobiles (Groupe Sofipel), que l'on remercie grandement de leur partenariat après toutes ces années

 

Car maintenant qu'il dispose de plus de temps pour se consacrer aux chevaux autres que "sous le capot", Patrick Lemarié, bien épaulé par sa femme, Marie-Thérèse, et son grand copain/associé/cousin, Michel, n'a pas ménagé ses efforts en cette saison de monte 2022, ayant enregistré pas moins de 15 naissances et effectué lui-même bien des kilomètres pour emmener sa petite vingtaine de poulinières à la saillie. Une étape nécessaire quand on espère revivre avec ces nouveaux nés, et ceux appelés à naître, les flots de joies et d'émotions qu'ont procurés avant eux d'autres coursiers nés et élevés au Haras de Magouët, comme Got Fly (Prix Georges Trabaud, L. et 2ème Hong-Kong Derby, Gr.1), Gothatir (Grand Steeple-Chase de Deauville, L.), Got Sun (16 victoires en obstacle dont Grand Steeple-Chase du Lion d’Angers, L.) ou plus récemment Keyflower (Prix Occitanie, L.).

 

 Keyflower (au centre), pouliche née et élevée au Haras de Magouët de Patrick Lemarié, lors de sa victoire dans le Prix Occitanie (L.) l'été dernier, à La Teste-de-Buch

 

Élevant aussi bien des chevaux de plat que d'obstacle, Patrick Lemarié a eu cette année des produits d'étalons aussi divers que variés, de Goken à Castle du Berlais, en passant par Birchwood, Doha Dream, ou encore Spanish Moon, que nous vous invitons à découvrir en photos ci-dessous... en attendant de les retrouver dans quelques années sur les verts écrins des hippodromes ! 

 

PLUS D'INFOS ET PHOTOS SUR LES "N22" DU HARAS DE MAGOUËT EN CLIQUANT ICI

 

 Débutons notre tour de cour avec cette pouliche de Birchwood et Marillana, une mère de deux gagnants (Marillaman et Miss Vancouver) elle-même issue de Marque Royale (Prix des Lilas, L.) et ayant pour soeur les bons Marquix (Grand Handicap de Deauville, L.)  et Sceptre Rouge (Prix Herod, L.)

 

 Place maintenant à cette femelle de Spanish Moon et Reine du Brizais, une double lauréate en obstacle étant la nièce d'autres bons sauteurs tels Marcus du Berlais (Pierse Leopardstown H. Chase, Gr.A), Michel Le Bon (Worcester Novices' Chase Gr.2) ou encore Psychee du Berlais (Prix Général de Saint-Didier Gr.3, Prix Bournosienne, L.)

 

 Passons à présent à ce mâle de Castle du Berlais et Kapalua Bay, une gagnante à trois reprises en plat, soeur de Karibikisturm (2ème Prix du Président de la République, Gr.3) issue de la même souche que Khariyda (Premio Lydia Tesio, Gr.1)

 

Autre "garçon", celui de Goken et Quemada, fille de Quanzhou (Grand Prix du Nord, L.) et nièce de Mille Et Mille (Prix du Cadran, Gr.1, Grand Prix de Nantes, L., Prix du Carrousel, L., Prix Bedel, L.) 

 

 Terminons avec notre coup de coeur et ce sculptural fils de Doha Dream et Sainte du Brizais, gagnante en obstacle et soeur du consistant Risk du Brizais (3 vict. en obst. et 3ème Prix Christian de L'Hermite - Grand Steeple-Chase des 4 Ans, L.)

 

On s'claque une bise, et à bientôt sur les pistes !

 

On en parle dans l'article

Voir aussi...

La relève est dans le pré... au Haras du #Saz

Créé en 1993 par le docteur-vétérinaire Roger-Yves Simon, qui en partage les rênes avec son fils, Nicolas, depuis 2009, le Haras du Saz, où sont nés d'excellents coursiers tels Laurina, A Media Luz et autre Tenerife Sea, stationne également à l'année quelques étalons dont le tout jeune Madhmoon, qui n'a entamé son métier de reproducteur que depuis l'an dernier, et dont les tout premiers produits vous sont présentés en photos ci-dessous.

Une Altesse du Berlais impériale offre le Ferdinand Dufaure aux journalistes Gianni Caggiula, Guillaume Luyckx et Gilles Barbarin

Grande finale du premier semestre pour les 4 ans sur le steeple, le Prix Ferdinand Dufaure (Gr.1) a souri à Altesse du Berlais. La petite-fille de Royale Athenia permet à Guillaume Macaire d’ajouter pour la sixième fois son nom au palmarès de l’épreuve. Paré de la casaque du journaliste Gianni Caggiula, associé à Gilles Barbarin et Guillaume Luyckx, Baptiste Le Clerc remporte ici le tout premier Gr. 1 de sa jeune carrière. 

Spanish Moon sort son 4e gagnant sur 3 disciplines en 10 jours

La victoire de sa fille Honeymoon dans une classe 3 ce jeudi 24 mars à Saint-Cloud, en plat donc, permet à Spanish Moon d'aligner en 10 jours seulement son 4e succès, après Klarc Kent (chez Willie Mullins), Ring the Moon et Gretel des Mottes, en France, en Angeterree et en Irlande, du plat au steeple en passant par un bumper.. Réputé comme un étalon d'obstacle, Spanish Moon possède pourtant un pur profil de plat, en tant que cousin d'Enable par El Prado.